Infos

VIDEO - "La précarité et le coût de la vie augmentent pour les étudiants" : Lilâ Le Bas, UNEF

Par Martine Bréson, France Bleu Paris Région vendredi 16 septembre 2016 à 9:46 Mis à jour le vendredi 16 septembre 2016 à 10:00

Lilâ Le Bas (UNEF)
Lilâ Le Bas (UNEF) © Maxppp -

Lilâ Le Bas, future présidente du syndicat du syndicat étudiant UNEF était l'invitée de France Bleu à 8h10. Elle estime que budget des universités n'est pas assez important. Elle souhaite aussi un encadrement des loyers des petits logements ce qui ferait baisser le coût de la vie pour les étudiants.

Lilâ Le Bas, future présidente du syndicat étudiant UNEF, était l'invitée de France Bleu à 8h10. Elle a parlé de la loi Travail, des universités surchargées et des mesures qu'il faudrait prendre pour faciliter la vie des étudiants.

Regardez l'interview de Lilâ Le Bas à la fin de cet article.

A retenir

La manifestation contre la loi Travail

Je ne regrette pas d'avoir appelé à la mobilisation... Un projet de loi ne fait pas une bonne loi et les jeunes sont toujours aujourd'hui aussi opposés à cette loi qui a été adoptée sous des conditions un peu autoritaires à l'Assemblée nationale... Il ne faut pas mettre en avant les différentes formes de contestation. Je pense que dans les mois à venir cette contestation prendra différentes formes...

Pour Lilä le Bas, cette manifestation c'était aussi l'occasion de dénoncer "la précarité qui augmente, le coût de la vie pour les étudiants qui continue de grimper chaque année mais aussi les conditions d'étude à l'université."

Au printemps dernier, les jeunes disaient beaucoup "On vaut mieux que ça", sur les réseaux sociaux, c'était un slogan qui était beaucoup utilisé, je pense qu'on peut encore le dire à la rentrée quand on voit nos conditions d'étude et nos conditions de vie.

Les universités surchargées

Concrètement cela fait maintenant plusieurs années qu'il y a de plus en plus d'étudiants dans les universités... quand il n'y a pas de moyens supplémentaires pour pouvoir encadrer et garantir de bonnes conditions d'étude pour les étudiants, eh bien tout simplement nos conditions d'étude elles se dégradent. Ça donne des amphis surchargés, des TD surchargés.. Je ne crois pas que l'objectif de cette rentrée c'est dire on lâche (certaines filières) et on verra plus tard... Il faut tout simplement mener des batailles, il y a la question du budget des universités..

Les mesures qu'il faudrait prendre tout de suite ?

Il y a les embauches d'enseignants qu'il faut augmenter... il faut aussi réfléchir à dédoubler le nombre d'amphis, le nombre de TD... il faut un peu pousser les murs... il faut garantir un financement à la hauteur notamment en direction du premier cycle...

Paris, la ville la plus chère pour les étudiants

Il y a de grandes disparités du coût de la vie entre les différentes villes universitaires... on se bat pour diminuer le coût des transports en commun pour les étudiants mais aussi pour que l'encadrement des loyers soit appliqué dans toutes les grandes villes universitaires puisqu'on sait bien que le loyer c'est la plus grosse part de dépense pour les étudiants, c'est le plus grand frein à l'autonomie... il faut que les loyers des petites surfaces soient encadrés car on voit que c'est l'une des principales dérives qui existent...

Aujourd'hui un étudiant sur deux est salarié et cela reste la principale cause d'échec à l'université.

Regardez l'intégralité de l’interview de Lilâ Le Bas

Partager sur :