Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO - La Ville d'Orléans prend un arrêté anti "capsules de protoxyde d'azote"

-
Par , France Bleu Orléans, France Bleu

La Ville d'Orléans prend un arrêté pour interdire la vente aux mineurs, mais aussi l'usage détourné sur la voie publique des capsules de protoxyde d'azote. Elles contiennent du gaz dit hilarant que certains inhalent pour ses propriétés euphorisantes. "Un enjeu de santé publique".

Capsules de protoxyde d'azote, jetées dans la rue (illustration)
Capsules de protoxyde d'azote, jetées dans la rue (illustration) © Maxppp - Leyla Vidal

La Ville d'Orléans prend un arrêté, applicable dès ce vendredi 31 juillet, pour "interdire l'usage détourné des capsules de protoxyde d'azote sur l'espace public". Ce sont ces petites capsules qui servent en cuisine pour réaliser une crème chantilly et dont certains (notamment des jeunes) se servent dans un cadre festif en raison de ses propriétés euphorisantes (on parle de "gaz hilarant"). 

Vente ou cession gratuite aux mineurs interdite

Dès vendredi, à Orléans, il est donc interdit, sous peine d'amende, de vendre (ou même de céder gratuitement) ces capsules à des mineurs que ce soit dans un commerce ou dans la rue. 

L'arrêté municipal, signé ce jeudi, stipule également qu'il est interdit aux mineurs et aux majeurs d'utiliser ces capsules dans l'espace public à des fins détournées, et aussi de les jeter ou abandonner par terre. A la mairie d'Orléans, on explique qu'il n'est pas rare de constater la présence de cartouches de protoxyde d'azote aux abords des collèges et lycées, et ce partout en France.

"L'objectif n'est pas, dès le 31 juillet, immédiatement, de verbaliser", explique Florent Montillot, premier adjoint au maire d'Orléans depuis le second tour des municipales le 28 juin dernier, en charge de la santé et de la sécurité. "L'objectif est de faire comprendre qu'il y a un vrai risque [à inhaler du gaz issu des capsules de protoxyde d'azote], et nous, les élus, nous avons une vraie responsabilité en terme de santé publique."

Un arrêté pédagogique"

"Voir dans la presse un article d'une pleine page avec une maman qui explique comment son enfant de 18/20 ans est décédé après l'inhalation de ce gaz hilarant il y a quelques semaines, moi je trouve ça dramatique, personnellement. Je ne peux pas ne pas réagir. L’objectif est de permettre que cet arrêté joue un rôle pédagogique, d'alerte. Ce type d'arrêté, je pense, va faire prendre conscience aux mineurs, mais aussi aux majeurs, aux jeunes qui pourraient l'utiliser et aussi aux parents des mineurs, que c'est quelque chose de sérieux, de grave, et qu'on a pas le droit de jouer avec", précise Florent Montillot.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess