Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

PHOTOS et VIDEO | Le 7 mai 1945 est la vraie date de fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe

lundi 7 mai 2018 à 11:03 Par Annelaure Labalette, France Bleu Champagne-Ardenne

L'histoire retient le 8 mai 1945. Mais c'est la veille, le 7 mai à 2h41, que les Allemands ont signé leur capitulation sans condition et ont mis fin à la Seconde Guerre mondiale en Europe. Cet événement historique s'est déroulé dans une salle de l'actuel lycée Roosevelt à Reims.

Capitulation allemande le 7 Mai 1945 dans la salle de la reddition à Reims
Capitulation allemande le 7 Mai 1945 dans la salle de la reddition à Reims © Maxppp - NC

Reims, France

Nous sommes le lundi 7 mai 1945. Il est 2h39 du matin. Les officiers allemands, américains, britanniques, mais aussi les Français et les Soviétiques, prennent place autour de la grande table en bois dans la salle des cartes du quartier général allié. Cette salle est en plein cœur du collège moderne et technique de Reims, l'actuel lycée Roosevelt.

Interview de Bénédicte Hernu, conservateur du Patrimoine et directrice des Musées historiques de Reims

Tout le monde paraphe le document, à commencer par le général allemand Jodl. Il est 2h41. La capitulation est signée. Une capitulation totale et sans condition. Un quart d'heure plus tard, le général Eisenhower , absent des négociations parce qu'il n'y avait pas d'officier de son rang, entre dans la salle des cartes et enregistre son discours de la victoire.

La salle où a été signée la reddition allemande le 7 mai 1945 à 2h41 - Radio France
La salle où a été signée la reddition allemande le 7 mai 1945 à 2h41 © Radio France - Radio France

Au milieu de la nuit

Pourquoi la capitulation a t-elle été signée au beau milieu de la nuit ? Parce que tout le monde était pressé d'en finir avec la guerre.  Les Allemands voulaient signer pour épargner le plus de vies possible, ils ne voulaient pas laisser le temps aux Russes d'avancer trop profondément au cœur de l'Europe .

Le Général Eisenhower prononce le discours de la victoire à Reims dans la salle de la reddition - Maxppp
Le Général Eisenhower prononce le discours de la victoire à Reims dans la salle de la reddition © Maxppp - maxppp

La ville de Reims actrice de la reddition mais ville oubliée

Pourquoi la ville de Reims a-t-elle été oubliée ? Parce que le 8 mai correspond à la date où la capitulation allemande a été officiellement annoncée par les chefs de gouvernements. C'est le 8 mai 1945 à 15h que le général Charles de Gaulle a annoncé la fin de la Seconde Guerre mondiale à la radio. 

Mais ce n'est pas l'unique raison. Le général de Gaulle  a réclamé une nouvelle signature à Berlin, estimant que la France avait été complètement tenue à l'écart de celle de Reims. Le général François Sevez a été autorisé à signer seulement comme témoin. Et il n'y avait pas de drapeau français à Reims.

Joseph Staline , qui dirigeait l'URSS, voulait lui aussi une nouvelle signature. La capitulation allemande a donc été signée une seconde fois à Berlin le 9 mai 1945. Le 8 mai est aussi un compromis entre deux dates : le 7 mai à Reims et le 9 mai à Berlin.

L'information de la signature de la reddition a "fuité"

Lorsque les différents dirigeants ont pris la décision de mettre fin à la guerre, il a fallu convoquer des journalistes pour qu'ils puissent assister à cet évenement dans la "war room" , la salle de guerre à Reims (photo ci dessus). Le groupe d'une quinzaine de journalistes est donc soumis à un embargo, c'est à dire l'interdiction d'en parler pendant 48 heures. Mais parmi eux, Edward Kennedy, chef de l'Associated Press en France et journaliste chevronné. Le 7 Mai à 14h30, il entend à la radio allemande un officier parler de la reddition. Il estime donc qu'il n'y a plus de raison de tenir cet embargo et décide de le briser. Il en perdra son poste de journaliste.

Rien n'a bougé dans la salle de la reddition. La table, les cartes géographiques, les cendriers  - Maxppp
Rien n'a bougé dans la salle de la reddition. La table, les cartes géographiques, les cendriers © Maxppp - NC