Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDEO - Le Grand prix cycliste de Montpinchon à l'heure du covid

Le Grand prix cycliste de Montpinchon signait en ce début août le retour des courses de haut niveau dans la Manche après des mois de confinement. Masque, tribune restreinte... La course a du s'adapter au contexte sanitaire. Côté sportif, c'est un natif d'Avranches, Maxime Pasturel, qui s'impose.

Le public masqué encourage les coureurs dans la montée du mur de Montpinchon
Le public masqué encourage les coureurs dans la montée du mur de Montpinchon © Radio France - Pierre Coquelin

Le podium, le speaker, le public massé derrière des barrières, la frénésie d'un peloton lancé à vive allure... Une image qui manquait depuis si longtemps dans le paysage manchois. Après un long confinement, les courses cyclistes de haut niveau ont fait leur retour dans le département.  Première course en élite nationale, la 67e édition de la Saint-Laurent de Montpinchon, dans le Coutançais, signait comme la course des retrouvailles. 

Esprit de kermesse

"Avec le confinement, on s'emmerdait", résume Pierrot, de Creully dans le Calvados. "ça fait du bien de revoir des événements comme celui-ci. C'était un manque quelque part", ajoute Jean-Luc, de Bacilly dans le sud Manche. Dans le bourg de Montpinchon, ce n'est pas l'affluence des Saint-Laurent habituelles, même si le public est arrivé pour le finish. Mais les rôtisseurs, le bar... entretiennent l'esprit de kermesse de cette course emblématique du centre Manche. 

Public masque et limité dans la tribune naturelle
Public masque et limité dans la tribune naturelle © Radio France - Pierre Coquelin

Mais pour cette édition 2020, il a fallu faire avec le contexte sanitaire du covid. La préfecture de la Manche a donné son feu vert le mardi précédent. "Tout était quasiment prêt. On a eu une liste "d'obligations" : avoir un parc fermé de 300 spectateurs maxi (au lieu des 6 à 700 d'habitude) avec port du masque obligatoire, des bénévoles à l'entrée et à la sortie", souligne Joël Cailloux, vice-président du comité d'organisation. 

On a fait un boulot de dingue, on peut se dire bravo. Malgré les difficultés liées à cette "saloperie" de coronavirus, ça a boosté tout le monde - Joël Cailloux

Et pour réussir cette "fête du vélo" dans le bocage coutançais, l'équipe d'organisation peut compter sur une quarantaine de bénévoles chaque jour (cuisine, barrière, banderoles, etc.) et 25 gardiens de carrefour, pour la sécurité des coureurs. 

Courses rurales et économie

"On a entendu des critiques sur la tenue de cette course, le brassage de population. Certes. Mais, je pars du principe que la vie continue. On a le masque. On fait attention. Mais il y a une économie : les salariés des clubs, le commerce local, les grilleurs, etc. L'aspect économique est important", note Joël Cailloux.

La plus belle des choses qu'on puisse entendre, ce sont les mercis du public - Joël Cailloux

Un Manchois roi de Montpinchon

Sous un soleil de plomb ("généralement, on a une journée de pluie. Cette année, on n'en aura pas", rigole Joël Cailloux), 190 coureurs ont arpenté le circuit de plus de 150 km au total. Et au final, c'est un Manchois, l'Avranchinais Maxime Pasturel, du VC Loudéac, qui s'est imposé en puncheur, dans les dernières mètres du mur de Montpinchon. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess