Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

VIDÉO - Le spectre de 1995 plane sur la grève à la SNCF

mardi 3 avril 2018 à 3:39 - Mis à jour le mardi 3 avril 2018 à 8:29 Par Marina Cabiten, France Bleu

La grève contre la réforme de la SNCF débute ce mardi 3 avril. Elle dénonce notamment la volonté du gouvernement de mettre fin au statut des cheminots tel qu'il existe aujourd'hui. Un contexte qui rappelle forcément celui de 1995, avec le "plan Juppé" et l'énorme mouvement social qu'il a déclenché.

Manifestation à Caen contre le "plan Juppé", le 10 décembre 1995.
Manifestation à Caen contre le "plan Juppé", le 10 décembre 1995. © AFP - MYCHELE DANIAU

Elles ont été le plus important mouvement social en France depuis mai 68 : les grèves de 95, déclenchées par le "plan Juppé". Alain Juppé, alors Premier ministre, entendait réformer en profondeur le système de protection sociale du pays pour "boucher le trou de la Sécu". Une "révolution" qui incluait l'alignement des régimes spéciaux de retraite sur le régime général, et concernait donc les cheminots. 

La situation actuelle à la SNCF, où les syndicats s'opposent à la réforme voulue par le gouvernement, présente des "comparaisons possibles" avec celle de 1995 en termes d'"attaque" contre le service public, a estimé le secrétaire général de la CGT-Cheminots, Laurent Brun.

La France paralysée, le gouvernement qui recule

Tout commence le 15 novembre lorsqu'Alain Juppé dévoile sa réforme. Il sait qu'elle déplaira, mais ne peut anticiper le raz-de-marée contestataire qu'elle va déclencher. Le lendemain il déclare au journal Sud-Ouest : "Si deux millions de personnes descendent dans la rue, mon gouvernement n'y résisterait pas". Il pense évoquer un chiffre inatteignable. Pourtant, moins d'un mois plus tard, les syndicats annonceront avoir atteint ces 2 millions. Et le Premier ministre reculera sur la réforme des retraites. 

Retour en vidéo sur les grandes dates des grèves de 95. 

  - Visactu
© Visactu -