Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO -"Négligence, incompétence" : une fillette de 11 ans meurt à l'hôpital Necker à Paris, sa maman témoigne

-
Par , , France Bleu Paris, France Bleu

Le 22 décembre 2019, Lou, 11 ans, meurt à l'hôpital faute d'une prise en charge rapide et de soins appropriés. Malgré l'insistance répétée de sa maman, les urgences et les médecins ne décèlent pas la gravité de son état. Ils agissent trop tard. Écoutez le bouleversant témoignage de la maman de Lou.

Stéphanie raconte le calvaire de sa fille Lou, morte à l'âge de 11 ans après une péritonite mal diagnostiquée, à l'hôpital Necker à Paris.
Stéphanie raconte le calvaire de sa fille Lou, morte à l'âge de 11 ans après une péritonite mal diagnostiquée, à l'hôpital Necker à Paris. © Radio France - Martine Bréson

"Plus jamais ça". Stéphanie est en colère. Sa fille Lou est morte à l'âge de 11 ans, à cause d'une succession de mauvais diagnostiques, au mois de décembre 2019. Sa maman a accepté de témoigner sur France Bleu Paris. 

Le 6 décembre, Lou est prise de vomissements et de fièvre. Commence alors un calvaire pour l'enfant et de longues heures d'attente aux urgences. "Entre le premier jour où Lou a eu mal et la prise en charge définitive, il s’est écoulé quatre jours. On est allé plusieurs fois aux urgences. La première fois, après un simple examen clinique, on a été renvoyé avec du Doliprane en nous disant que c’était une simple angine", raconte sa maman. 

Stéphanie raconte le calvaire de sa fille Lou.

"Le deuxième jour, après quelques examens, on nous a renvoyé avec un lavement. Le troisième jour, nous sommes allées voir notre pédiatre de ville qui a fait confiance à Necker et n’a rien vu de plus. Finalement, on revient aux urgences après avoir fait une échographie en urgence en ville. L’échographe était catastrophé, parle de péritonite. Après avoir encore attendu 5 heures sur un brancard, Lou est opérée. Cela se passe bien, mais le chirurgien nous explique que l’intestin est gangrené. Cela veut dire qu’elle a souffert le martyr, c’est atroce", poursuit Stéphanie, très émue. 

La fillette meurt le 22 décembre. En rentrant au bloc opératoire, elle souffrait déjà d'une septicémie.

Un drame qui illustre la crise qui secoue l'hôpital public

Pour Stéphanie, le drame aurait pu être évité. "Lou aurait pu être sauvée", estime-t-elle, "si elle avait été prise en charge plus tôt". La maman estime que les médecins de l'hôpital Necker ont été négligents et pas suffisamment à l'écoute de la douleur de sa fille. "J’ai de la colère, de la tristesse et une grande incompréhension", dit-elle.

Lou est l'illustration tragique des dysfonctionnements de l'hôpital

"Je comprends le contexte des médecins, le manque de lits, etc… Mais Lou est l’illustration tragique de ce dysfonctionnement, doublé de la négligence, du manque d’écoute et d’incompétence manifeste de ces deux médecins urgentistes seniors qui sont passés à côté. Ils n’ont même pas eu l’humilité de se dire qu’ils allaient la garder en observation", poursuit Stéphanie.

Stéphanie, la maman de Lou, dénonce la négligence des médecins.

Le combat de Stéphanie désormais, c'est de tout faire pour éviter un nouveau drame. "Plus jamais ça. Ce n’est pas possible d’emmener ses enfants aux urgences, et d’être négligé, pas écouté, et de voir son enfant souffrir", raconte la maman. Elle espère que le drame pourra "aider à mener une réflexion ouverte avec les médecins, avec les parents dont les enfants sont victimes d’erreurs médicales, sur l’accueil des urgences, pour aider les médecins qui n’en peuvent plus. Il faut faire quelque chose parce qu’on ne peut pas continuer à perdre des enfants comme ça"

L'AP-HP, qui gère les hôpitaux de Paris, propose une médiation aux parents de Lou. Sa famille attend de recevoir son dossier médical avant d'accepter. Elle devrait le recevoir dans les prochains jours, promet l'hôpital.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess