Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO - Peut-on allaiter son enfant au travail ? La réponse évidente d'une sénatrice australienne

-
Par , France Bleu

Larissa Waters, sénatrice australienne, s’est exprimée devant le sénat australien, jeudi, tout en allaitant sa fille de 11 mois. Cela serait-il possible en France, alors que l’Assemblée nationale s’est largement féminisée avec 224 députées contre 155 auparavant ?

Larissa Waters, une sénatrice australienne, s’est exprimée devant le sénat australien tout en allaitant son enfant.
Larissa Waters, une sénatrice australienne, s’est exprimée devant le sénat australien tout en allaitant son enfant. © Maxppp -

Comme si de rien n'était. Larissa Waters, une sénatrice australienne a proposé une motion devant le séant australien, jeudi, tout en allaitant Alia, sa fille âgée de 11 semaines. Sans sourciller, l'élue écologiste, s'est levée pour proposer une motion contre l’anthracose (maladie causée par l’inhalation de particule de charbon). Avant de terminer par un sourire, sous les regards amusés de ses collègues.

Larissa Waters a par la suite plaisanté sur son apparition, déclarant sur Twitter que "sa partenaire de crime" (son bébé) avait présenté sa propre motion juste avant la sienne.

"C'est la première fois que j'ai dû renvoyer une motion au Sénat pendant l'allaitement ! Et mon partenaire de crime [Alia, sa fille] l'a fait juste avant moi, qu'elle en soit bénie"

"Nous avons besoin de plus de parents au Parlement - Larissa Waters

En février 2016, les règlements des chambres parlementaires australiennes avaient été modifiés afin d'autoriser les parents à siéger avec leur bébé.

L’élue australienne, âgée de 40 ans, n’en est pas à son coup d’essai. Au début du mois de mai, Larissa Waters avait déjà donné le sein à sa fille au Parlement, mais elle était assise. Elle avait également réagi sur Twitter dans la foulée : "Je suis si fière que ma fille Alia soit le premier bébé à être allaitée dans le Parlement fédéral. Nous avons besoin de plus de parents au Parlement."

"Héroïne" ou "salope aux gros seins"

De nombreux internautes, en particulier des femmes, ont réagi, saluant la démarche de Larissa Waters, comme celle d'une héroïne qui a marqué l’histoire en contribuant à lever le tabou sur l’allaitement en public et à faire accepter la maternité dans le monde du travail.

Cela ne devrait pas être héroïque mais ça l’est. MERCI !

Larissa Waters allaitant au gouvernement est un pas dans la BONNE direction. Si elle se sent à l’aise en le faisant, quel est le problème ?

D'autres réactions ont été plus violentes, taclant la sénatrice d'exhibitionniste ou l'accusant de se servir de son enfant par intérêt politique.

Elle n’en a rien à fou*** de son propre bébé, elle l’utilise juste pour son propre intérêt politique. Je t’emm*** Larissa Waters

La sénatrice, elle a préféré en rire, allant même jusqu'à poster sur Twitter les messages reçus sur son téléphone portable.

Au premier regard tu peux penser que c’est intelligent mais crois-moi, Waters sera reconnue parmi les politiques comme la salope stupide avec de gros seins, avec un ego qui était bien supérieur à elle.

Ce n'est pourtant pas la première fois qu'une telle scène se déroule dans l'enceinte d'un Parlement. En octobre 2016, une députée islandaise était intervenue à la tribune, le bébé au sein.

Du jamais vu au palais Bourbon

En France, la situation ne s'est encore jamais présentée ni à l'Assemblée nationale, ni au Sénat. Mais l'allaitement en public ne va pas de soit. En avril dernier, un couple de Parisiens s'était vu refuser l'accès au commissariat du 2e arrondissement devant lequel ils faisaient la queue pour obtenir une procuration. Le policier n'a pas voulu les laisser rentrer pour que la maman puisse allaiter son bébé de deux mois au motif que "ce n'étaient pas des choses qu'on pouvait imposer aux gens."

Si rien n'est (encore) prévu dans le règlement de l’Assemblée nationale, en France, le code du travail permet à chaque femme de disposer, pendant un an, d'une heure par jour "durant les heures de travail pour allaiter son enfant". À bon entendeur, mesdames les députées.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess