Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Centenaire de la Première Guerre mondiale

VIDÉO - Un concert à La Force, en Dordogne, avec un violon fabriqué pour les soldats dans les tranchées

lundi 12 novembre 2018 à 5:21 - Mis à jour le lundi 12 novembre 2018 à 10:49 Par Emeline Ferry, France Bleu Périgord et France Bleu

Fabriqué avec des bidons de margarines, ce violon a été utilisé par les Poilus pour se distraire dans les tranchées, pendant les années de combat pendant la Première Guerre mondiale.

Pierre Hamel, violoniste de l'Orchestre Colonne à Paris, joue de ce violon pas comme les autres.
Pierre Hamel, violoniste de l'Orchestre Colonne à Paris, joue de ce violon pas comme les autres. © Radio France - Emeline Ferry

La Force, France

Alors que l'on vient de célébrer le centenaire de la fin de la Grande guerre, voilà un objet qui permet de mieux comprendre la vie vécue par les Poilus dans les tranchées pendant les quatre années de combats.

À l'occasion des 100 ans de l'armistice, Pierre Hamel, violoniste à l'Orchestre Colonne de Paris, a été convié (ainsi qu'un pianiste et une violoncelliste), pour un concert ce dimanche 11 novembre. Il était organisé par l'association Paroles et musiques, dans le temple protestant John Bost, à La Force.

Fabriqué avec des bidons de margarine

Le musicien a joué d'un instrument pas comme les autres... Un violon en métal, qui était utilisé par les soldats dans les tranchées pour se distraire. "En fait, il a été fabriqué par un maître-luthier de Mirecourt, dans les Vosges. Je ne sais pas s'il était mobilisé dans les tranchées, ou s'il vivait dans un village près du front. Mais en tout cas, il a fabriqué cet instrument avec des bidons de margarine et des plaques de métal, qu'il a assemblées et soudées", décrit Pierre Hamel qui joue régulièrement avec cet instrument trouvé par un ami brocanteur il y a quelques années.

En regardant de plus près, on voit même le nom de la marque sur les boîtes de conserve s'afficher en relief sur l'instrument.

Pour le violoniste, c'est toujours bouleversant de jouer de cet instrument. "J'imagine ce qu'était la vie dans les tranchées. Les soldats étaient dans la boue, dans le froid. Ils s'ennuyaient, n'avaient pas de journaux... Alors recevoir un violon, ça a dû être merveilleux pour eux. Encore mieux qu'un cadeau de Noël !", raconte-t-il.

Un modèle presque unique

"La façon dont il a été fabriquée est très très très ingénieuse", souligne Pierre Hamel. "La forme est presque exactement la même qu'un violon normal. Et il a réussi à faire un système de chevilles, qui fait que le violon peut être accordé et qu'on peut en jouer". Il y a tout de même quelques différences : "le son est un peu métallique, et il est plus lourd, car il est en métal". 

L'instrument est presque unique. Il n'existe que cinq ou six modèles comme celui-ci.

Le modèle est presque unique en France. - Radio France
Le modèle est presque unique en France. © Radio France - Emeline Ferry