Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Zoom sur le Panthéon, tombeau des "grands hommes" français qui accueille Simone Veil

vendredi 29 juin 2018 à 12:41 - Mis à jour le vendredi 29 juin 2018 à 12:40 Par Viviane Le Guen, France Bleu Paris et France Bleu

Simone Veil est la cinquième femme à faire son entrée dans un Panthéon jusque là très masculin, ce dimanche. Mais qu'est-ce que le Panthéon ? Comment y entrer ? Qui y repose ?

Simone Veil est la cinquième femme inhumée au Panthéon, le 1er juillet 2018.
Simone Veil est la cinquième femme inhumée au Panthéon, le 1er juillet 2018. © Maxppp - jpnvhb

Décédée le 30 juin 2017, l'ancienne ministre de la Santé, Simone Veil, et son époux, Antoine Veil, seront inhumés au Panthéon dimanche 1er juillet, près d’un an après les obsèques nationales célébrées aux Invalides.

Simone Veil est la cinquième femme à entrer dans cette nécropole nationale qui regroupe environ 80 personnalités, dont la "patrie reconnaissante" veut honorer la mémoire. Qu'est-ce que cela signifie ? Aux côtés de qui vont reposer Simone et Antoine Veil ? 

Le Panthéon, c'est quoi ?

Situé dans le Ve arrondissement de Paris, au cœur du quartier Latin, le Panthéon est construit entre 1764 et 1790 à la demande de Louis XV. L'imposant bâtiment de 83 mètres de hauteur, 84 mètres de large et 110 mètres de long est l'oeuvre de deux architectes, Jacques-Germain Soufflot et Jean-Baptiste Rondelet. 

D'abord église dédiée à Sainte-Geneviève, patronne de Paris, le lieu devient en 1791, durant la Révolution française, un temple laïc baptisé "Panthéon" en référence aux dieux grecs, destiné à "recevoir les grands hommes de l'époque de la liberté française".

Mirabeau, l'un des inspirateurs de la Révolution, est le premier à y entrer le 4 avril 1791. Il est suivi par Voltaire, puis Jean-Jacques Rousseau en 1794.  

Sa fonction de "temple" de la République est définitivement actée en 1885 pour les funérailles de l’écrivain Victor Hugo.

  - Visactu
© Visactu -

Comment entrer au Panthéon ?

Depuis la Ve République, c'est au président de la République que revient la décision d'inhumer une personnalité au Panthéon, en accord avec la famille du défunt. Entrer au Panthéon est réservé à ceux qui méritent "la reconnaissance nationale." S'il n'existe pas de texte ou de loi qui précise les mérites ou les conditions pour y prétendre, la personnalité proposée doit faire consensus, être exemplaire et incarner les idéaux de la République. 

Ancienne déportée, ancienne ministre, militante pour les droits des femmes, décorée de la Légion d’honneur, distinguée par l’Académie française : Simone Veil a incarné l’histoire de la deuxième moitié du XXe siècle. 

Le Panthéon. - Maxppp
Le Panthéon. © Maxppp -

Qui repose au Panthéon ?

Parmi les 80 "panthéonisés" on trouve des révolutionnaires : Mirabeau, Marat ou encore Lepeletier ont été admis puis exclus des lieux au fil des soubresauts politiques. 

Le Panthéon accueille également des écrivains, des scientifiques, quelques religieux, des résistants et beaucoup de militaires. Parmi les personnalités les plus célèbres figurent Victor Hugo, Emile Zola (1908), le résistant Jean Moulin (1964), la scientifique Marie Curie (1995), ou encore Alexandre Dumas (2002).

Seules quatre femmes reposaient jusque là dans ce temple des "grands hommes" : Sophie Berthelot, la physicienne Marie Curie et les résistantes Germaine Tillion et Geneviève de Gaulle-Anthonioz. En 2013, un rapport public préconisait de féminiser le Panthéon. Une idée déjà défendue à la télévision par Simone Veil elle-même en 1992 qui militait pour cette "reconnaissance" symbolique de la "réalité des femmes, de leur rôle, de leur existence".