Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Vidéoprotection : une vingtaine de nouvelles caméras installées à Quimper

La ville de Quimper lance un nouveau système de vidéoprotection dans les rues du centre principalement. Une vingtaine de caméras doivent être installées entre le début de l'été et la rentrée prochaine.

Un nouveau système de vidéoprotection à Quimper. (Photo d'illustration)
Un nouveau système de vidéoprotection à Quimper. (Photo d'illustration) © Maxppp - Lionel VADAM

Quimper, France

Après avoir mis en place un système de vidéoprotection temporaire en juin 2018, la ville de Quimper, s'apprête à installer plus de vingt caméras d'ici la rentrée prochaine. Jusqu'alors, la mairie, en accord avec les forces de police, avait installé cinq caméras mobiles dans le coeur de ville. 

Des quartiers ciblés 

Le nouveau système de vidéoprotection doit accueillir plus de 20 nouvelles caméras. Elles seront installées dans des quartiers sélectionnés par les forces de l'ordre et la mairie. "Nous en avons mis généralement dans les lieux où il y a beaucoup de passage", précise le maire. Des lieux, où les faits de violences peuvent être davantage signalés. 

Ainsi, une vingtaine de caméras seront installées au centre de Quimper, principalement sur la place de la Résistance, le quai du Steir, au niveau du secteur des Halles et la place Terre-au-Duc. De plus, cinq autres caméras seront mises en place quartier Kermoysan, aux alentours du centre commercial.

"Il ne s'agit pas de 'fliquer' les Quimpérois"

La mairie assure que ce nouveau système de vidéoprotection n’impliquera pas "de visionnage en direct" par les forces de l'ordre. Aucun policier n'a donc été recruté pour surveiller ce qu'il se passe dans les rues à chaque instant : "Il ne s'agit pas de 'fliquer' les Quimpérois", ajoute le maire Ludovic Jolivet.

Les caméras filmeront en revanche 24/24 et les images seront retransmises directement au commissariat .

Cela peut permettre aux policiers et à la justice d'avancer plus rapidement dans leurs enquêtes ou de réagir en cas de manifestation".

Si cette nouvelle technologie permet aussi aux policiers de zoomer pour avoir plus de détails sur ce qu'il se passe, la mairie assure qu'aucune de ces caméras n'a la possibilité de filmer dans les habitations. Les enregistrements vidéos devront être détruits au bout de 30 jours.

Le coût total de l'opération est estimé à 250 000 euros.