Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

VIDÉOS - Aidé par le loto du patrimoine, le château de La Salvetat-Saint-Gilles est en plein chantier

jeudi 28 février 2019 à 17:18 Par Mathieu Ferri, France Bleu Occitanie

Le bâtiment emblématique de ce village à l'ouest de Toulouse était en piteux état. Les travaux ont désormais bien avancé sur la toiture, qui s'était effondrée en partie. Pour le plus grand soulagement des habitants.

Le château de La Salvetat-Saint-Gilles en plein chantier, le 26 février 2019
Le château de La Salvetat-Saint-Gilles en plein chantier, le 26 février 2019 © Radio France - Mathieu FERRI

La Salvetat-Saint-Gilles, France

A l'ouest de Toulouse, les travaux avancent sur le château de La Salvetat-Saint-Gilles (Haute-Garonne). Le bâtiment datant du XIIIe siècle était menacé d'effondrement, et il vient de recevoir 14.000 euros venus du Loto du patrimoine. Une goutte d'eau, dans le 1,3 million d'euros nécessaires à la rénovation complète du lieu, mais le symbole est important.

Pour l'instant, les ouvriers sont dans des travaux de sauvegarde, avec notamment la réfection les toitures du pavillon ouest. Les charpentes sont désormais posées, et les tuiles données par un mécène (40 palettes venant de l'entreprise Terreal) sont en train d'être placées.

"Cette charpente, c'était un mikado" - l'architecte des Monuments historiques

Il faut dire que la charpente du lieu était dans un état déplorable, celle du pavillon de la face est notamment. C'est par là qu'aurait dû commencer le chantier, mais ça ne s'est passé comme prévu explique Jean-Louis Rebière, l'architecte en chef des Monuments Historiques : "C'était un mikado ! Si on bougeait une pièce de bois, toutes les autres bougeaient. Mais on n'a pas eu à se poser de questions, car tout est tombé". Les ouvriers ont donc finalement commencé à travailler sur la charpente ouest, qui menaçait elle aussi de s'effondrer, et ils reviendront sur la face est plus tard.

Les habitants vivent au rythme des travaux

Les échafaudages ont commencé à s'installer au printemps 2018, et depuis, les habitants suivent le rythme du chantier. Le maire François Arderiu est soulagé : "dès que la grue est arrivée sur la commune, ça a fait respirer tout le monde. On s'est dit : ça y est, on va enfin éviter que ce château ne s'écroule".

Danielle, 75 ans, a donné 100 euros de sa poche pour sauver le château, "l'emblème de la commune" qu'elle voit depuis toute petite. Elle se souvient d'un jour notamment, où à l'âge de 7 ou 8 ans, elle a vu l'incendie d'un des pavillons, alors occupé : "tout le village était là avec des seaux, pour faire la chaîne et éteindre le feu. Pour les habitants, ce château c'était l'âme du village". 

Toute la toiture, 500 m² environ, doit être totalement hors d'eau au printemps. La rénovation totale doit durer jusqu'en 2021. A terme, le château doit devenir un lieu de vie municipal.