Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

VIDÉOS - Jean-François Barnaba hué et enfariné par les gilets jaunes de Châteauroux

vendredi 7 décembre 2018 à 18:56 Par Marie-Coralie Fournier, France Bleu Berry et France Bleu

Pour son retour dans l'Indre, le médiatique gilet jaune Jean-François Barnaba est venu à Châteauroux ce vendredi à la rencontre des manifestants au rond-point du Poinçonnet. Après dix minutes d'échanges tendus, il s'est échappé sous les huées, les cris, et un peu de farine.

Le médiatique Jean_François Barnaba avec les gilets jaunes à Châteauroux.
Le médiatique Jean_François Barnaba avec les gilets jaunes à Châteauroux. © Maxppp - MC Fournier

Avenue de la Châtre, Châteauroux, France

Le gilet jaune Jean-François Barnaba a signé son retour dans l'Indre ce vendredi, après une semaine passée à Paris et sur les plateaux télé ou radios. Après des rendez-vous dans sa ville du Blanc le matin, il a voulu rencontrer les gilets jaunes de Châteauroux, sur le rond-point du Poinçonnet, occupé depuis le début du mouvement. Mais le ton est monté très vite et l'échange a tourné court. Jean-François Barnaba est resté environ dix minutes, au centre du rond-point, entouré d'une soixantaine de gilets jaunes

Des cris et des reproches

Il a d'abord affirmé qu'il voulait "les écouter" avant d'expliquer comment il s'était retrouvé dans les médias nationaux cette semaine. Mais les gilets jaunes ont rapidement repris la parole, en haussant le ton. Ils lui reprochent de parler au nom des gilets jaunes de l'Indre, de ne pas avoir (ou peu) participé aux mobilisations dans le département. lls lui reprochent aussi de se joindre au mouvement alors qu'il gagne 2.600 euros nets par mois d'argent public, sans travailler, depuis dix ans.

Jean-François Barnaba a tenté de répondre, avant de crier lui aussi. Il a reproché aux gilets jaunes de "raconter n'importe quoi" et s'est ensuite extrait du cercle, pour sortir du rond-point entre deux palettes.

Un œuf et de la farine sur la tête

Suivi par un petit groupe, il a reçu un œuf dans le dos et un paquet de farine sur la tête. Il a ensuite regagné sa voiture, garée le long de la route. Certains gilets jaunes l'ont suivi, pour continuer l'échange, mais le médiatique manifestant a démarré le moteur, pour repartir.