Société

VIDEOS - Lascaux : les dessous de la découverte de la grotte

Par Oanna Favennec, France Bleu Périgord et France Bleu lundi 12 décembre 2016 à 6:00

la plaque commémorative de la découverte de la grotte de Lascaux
la plaque commémorative de la découverte de la grotte de Lascaux © Radio France

A trois jours de l’ouverture de Lascaux IV, France Bleu Périgord vous propose de revenir sur la découverte de la grotte originelle, le 12 septembre 1940, par quatre adolescents de Montignac avec Thierry Félix, spécialiste de l'histoire de Lascaux.

Pourquoi les quatre adolescents sont-ils descendus dans ce trou ? Comment Simon Coencas, Marcel Ravidat, George Agniel et Jacques Marsal ont-ils vécus leurs premiers instants dans la grotte de Lascaux ? Pourquoi sont-ils revenus le lendemain matin ?

Ce n’est pas du tout ce qu’ils pensent

Le 12 septembre1940, les quatre garçons, âgés de 13 à 18 ans, pénètrent dans la grotte par une petite cheminée. "Dans leur intention, ils pensent trouver un souterrain : le fameux souterrain entre le manoir de Lascaux et le château de Montignac. Donc ils sont très surpris de tomber dans une galerie naturelle", explique Thierry Félix.

Les lampes ne leur permettent pas de tout voir

Le premier à descendre est Marcel Ravidat. Il s’aperçoit que la cavité est assez volumineuse, mais ne voit pas grand-chose de particulier. Pourquoi ? "Il a une lampe vraiment très faible. C’est une lampe trafiquée, une pompe à graisse transformée en lampe à pétrole, donc ça donne l’éclairage d’une bougie, et encore… ", précise Thierry Félix.

Le spécialiste de l’histoire de Lascaux poursuit : "Il va remonter, et faire passer ses trois copains, et traverser la première grande salle sans rien voir sur les parois. Leur lumière va porter sur la paroi arrivés au tout début du diverticule axial, et c’est à ce moment là qu’ils vont voir quelques traits de couleur et très rapidement des figures animales qui leur parlent : des taureaux, des vaches, des chevaux, des cerfs… Des figures qu’ils connaissent. Et là c’est l’explosion de joie. Ils sortent un peu obligés de la grotte, c’est leurs lampes qui sont trop fébriles pour continuer."

Un secret difficile à garder

Les quatre adolescents décident revenir le lendemain et de garder leur découverte secrète. Mais c’est trop difficile, narre Thierry Félix : "Le lendemain ils ne sont plus quatre mais cinq, car le frère de Simon Coencas suit la petite troupe. Simon lui a révélé le secret au cœur de la nuit. Mais ce jour là ils vont faire une découverte encore plus fantastique que la veille car avec leurs lampes, ils vont éclairer toute la cavité, découvrir toutes les galeries. Et à nouveau tomber sur une énigme, c’est-à-dire un puits qui semble profond mais qu’ils ne peuvent pas visiter, et remettre à nouveau la suite de l’exploration au lendemain."

Ecoutez le reportage audio de Benjamin Fontaine.

"Oh merde !"

Les jeunes garçons finissent par se tourner vers Léon Laval, leur ancien instituteur. Ils se disent qu'il va leur permettre d’authentifier cette découverte. Thierry Felix précise : "Léon Laval n'y croit pas forcément au départ mais il va dépêcher un de ses anciens élèves, George Estreguil qui lui va faire des dessins de la grotte. C’est à la vue de ces dessins que Léon Laval se dit : « Ils ne me racontent pas d’histoires ». Quand il va se rendre sur place et tomber devant les peintures dans la salle des taureaux, ses premières paroles seront édifiantes : « Oh merde ! »."

En savoir plus

QUIZZ - Connaissez-vous bien Lascaux ?
Simon Coencas, le dernier inventeur, découvre Lascaux IV
Lascaux, le dossier France Bleu