Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉOS - Les habitants du quartier de la Paillade déçus de la visite d'Emmanuel Macron à Montpellier

-
Par , France Bleu Hérault, France Bleu

De nombreux habitants du quartier de la Paillade à Montpellier attendaient Emmanuel Macron devant le centre social de la CAF pour la dernière étape de son déplacement à Montpellier ce lundi. Sans dialogue possible avec le chef de l'État, ils ont le sentiment d'avoir été méprisés.

Des CRS devant le centre social de la CAF dans le quartier de la Paillade avant l'arrivée d'Emmanuel Macron
Des CRS devant le centre social de la CAF dans le quartier de la Paillade avant l'arrivée d'Emmanuel Macron © Radio France - Romain Berchet

Le déplacement d'Emmanuel Macron à Montpellier ce lundi 19 avril ressemblait drôlement à un début de campagne présidentielle. Le chef de l'État a annoncé des renforts policiers pour la ville ainsi que la création d'une académie de police. Après une rencontre avec les forces de l'ordre au commissariat central, le président de la République a conclu sa journée marathon à la CAF de la Paillade. Il a discuté pendant deux heures avec les acteurs associatifs. À l'extérieur, la centaine d'habitants souhaitait dialoguer avec Emmanuel Macron, en vain.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"Nous voulions le dialogue"

Bien avant l'arrivée d'Emmanuel Macron, les tensions avec les forces de l'ordre ont émergé dès le début d'après-midi. Il y a eu de nombreux mouvements de foules suite à des charges. Les CRS tentaient d'établir un périmètre de sécurité devant la CAF de la Paillade. Les habitants ont été repoussés derrière des barrières ou un cordon de policiers à plusieurs mètres du bâtiment.

"Nous avons eu ce sentiment de ne plus appartenir à la France. Il y a quatre ans, Emmanuel Macron était venu ici pour nous demander de voter pour lui, aujourd'hui, il nous répond par la matraque", dénonce Adil Sosso, un militant associatif du quartier. 

"C'était plus facile pour lui pendant les gilets jaunes de choisir des personnes et d'organiser des espèces de grandes conférences, que de venir dialoguer avec des citoyens." 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Un sentiment d'abandon

Des sifflets, des huées et des "Macron démission", les habitants du quartier de la Paillade ont accueilli le chef de l'État dans un climat hostile. "Des gens sont venus pour passer un message, en passant sans venir nous voir, il donne le sentiment d'avoir peur", regrette Houassim, un éducateur. Le manque d'emploi, la précarité, la rénovation urbaine, le sentiment de stigmatisation, les thèmes étaient nombreux parmi les attentes des personnes réunies. "Le quartier coule petit à petit", s'énerve un jeune. 

"Parler d'islamophobie à longueur de temps n'arrangera rien du tout comme les policiers supplémentaires annoncés pour Montpellier."

Pour de nombreux habitants, l'attitude du chef de l'État va renforcer le sentiment d'abandon déjà très présent dans les esprits des résidents du quartier de la Paillade.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess