Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : Météo France maintient 15 départements en vigilance rouge et 54 en orange

VIDÉOS - Vacances : cap sur les Pays-Bas pour 80 enfants défavorisés

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Un enfant sur trois ne part pas en vacances en France. Pour remédier à cela, le Secours populaire s'est donné pour mission d'aider les familles dans le besoin depuis 1964. Grâce à l'association, 80 enfants sont montés dans le train à Paris ce mardi matin : direction la Hollande pour trois semaines.

Madame Diop et sa fille Mame Diarra
Madame Diop et sa fille Mame Diarra - Capture d'écran France Bleu

Pour Louna, Joachim, Kadiatou et tous les autres, c’est le jour du grand départ. Ce mardi matin, ils sont 80 enfants, âgés de 4 à 16 ans, à attendre le Thalys sur les quais de la gare du Nord à Paris, direction Amsterdam. Un voyage de trois semaines organisé par le Secours populaire qui permet à des plusieurs dizaines "d’oubliés des vacances" de quitter la France pour quelques jours.

Balades, labyrinthes et parcs d'attractions

" 67, 68, 69… " Il est 9h50, les bénévoles du Secours Populaire comptent les enfants un à un. Parmi les "oubliés des vacances", des enfants qui viennent de différents coins de la France : Côte d’Or, Eure, Orne, Seine-et-Marne, Yvelines, Hauts-de-Seine... Certains sont accompagnés par leurs parents, le plus souvent des mamans. M’Deye Binta et sa fille Mame Diarra, 11 ans, se serrent dans les bras une dernière fois avant le départ. Habituée des vacances avec le Secours Populaire, Mame Diarra se souvient des "balades dans les champs de maïs" de l'année précédente, des "visites de labyrinthes", et surtout "les grands manèges dans les parcs d’attractions !". Déjà confrontée à la barrière de la langue l'an passé, elle sait qu'elle se débrouille avec l'anglais et en cas de difficulté, elle "fait des signes avec ses mains". Pour sa maman, pas d'inquiétude non plus. Et pour elle, c'est très important que sa fille puisse partir à l'étranger, un voyage qu'elle n'aurait pas pu lui offrir.

Joachim (11 ans), comme Mame Diarra, a hâte d'arriver à Middelbourg mais avoue pour le moment être "un peu triste" à l'idée de quitter sa famille qui va beaucoup lui manquer. "Mais j'enverrai une carte postale à mes parents", promet-t-il dans un demi sourire.

C'est la première fois que je pars aussi loin de chez moi" - Louna

C'est avec un peu plus d'appréhension que Louna, 8 ans, petite blonde au sourire timide, s'installe dans le train, une première pour elle. Elle n'est jamais allée aux Pays-Bas non plus. "C'est la première fois que je pars aussi loin de chez moi" confie-t-elle. "Je vais aller dans une famille, je ne les connais pas encore mais ils m'ont envoyé une carte postale pour mon anniversaire".

Du coté des parents, on est plutôt confiants et soulagés. Non seulement ils vont avoir un peu de temps pour eux, mais ils sont aussi rassurés par la manière dont le Secours populaire a organisé le séjour. "A chaque fois mon fils il est très très très content d'y aller !" explique Aïcha, maman d'un petit garçon de 10 ans qui repart pour la quatrième année consécutive.

Julien Lauprêtre, le Président du Secours populaire français est venu assister au départ. Il espère, grâce à l’association, faire voyager des milliers d'enfants, coincés chez eux chaque été par manque de moyens. "Une injustice" selon lui, dont sont victimes un enfant sur trois en France. Un chiffre qui ne cesse de croître chaque année, ce qui explique le besoin permanent de trouver de trouver de nouveaux donateurs.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess