Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Vidéozap

VIDEOZAP - Au mondial de football, balance ton supporter

jeudi 28 juin 2018 à 16:35 - Mis à jour le lundi 28 mai 2018 à 5:04 Par France Bleu, France Bleu

Les femmes journalistes sportives dénoncent les agressions sexuelles dont elles sont de plus en plus victimes lorsqu’elles interviennent en direct à la télévision. Dernier exemple en date au mondial de football en Russie.

Au mondial en Russie, encore un exemple de journaliste agressée sexuellement durant son travail.
Au mondial en Russie, encore un exemple de journaliste agressée sexuellement durant son travail. - Capture d'écran

France

Nous sommes le 24 juin devant le stade de Ekaterinbourg. La journaliste brésilienne Julia Guimaraes prépare son intervention en direct à la télévision lorsqu’un homme tente de l’embrasser de force. La jeune femme parvient à esquiver et tance très vertement l'individu : "ne fais pas ça ! Ne refais jamais ça, d’accord ?!! Ne fais pas ça ! Je ne t’autorise pas à faire ça ! Jamais ! D’accord ?!! C’est impoli et ce n’est pas bien. Ne fais jamais ça". Un exemple parmi tant d’autres malheureusement : quelques jours avant, la reporter colombienne Julieth Gonzalez Theran s’était faite embrasser et attraper la poitrine par un homme lors d’un duplex. La réaction de Julia est cette fois devenue virale sur le net et a permis de redécouvrir une autre vidéo brésilienne datant du mois de mars, dans laquelle des journalistes femmes tentaient de sensibiliser l’opinion au machisme quotidien. La vidéo avait été vue plus de 800 000 fois sur Twitter.