Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Vidéozap

VIDEOZAP - Une ONG répond à la haine contre les réfugiés sur les réseaux sociaux

mardi 15 mai 2018 à 18:21 Par France Bleu, France Bleu

L'ONG humanitaire "Solidarités International" a décidé de répliquer dans un clip aux messages de haine sur les réseaux sociaux. Avec élégance.

L' association "Solidarités International"  s'attaque aux "haters"
L' association "Solidarités International" s'attaque aux "haters" - Capture d'écran

France

"Solidarités International" est une Organisation Non Gouvernementale qui oeuvre dans l'humanitaire d'urgence dans 16 pays Elle a décidé de se fendre d'un clip contre les messages haineux sur les réseaux sociaux  contre les réfugiés. Un clip de 30 secondes qui démarre  par la devise de l'ONG : "La première réponse à la souffrance humaine doit être la solidarité". Commencent à défiler ces fameux messages de haine, d'insultes en tous genres puis arrive la réponse : "Si vous vous retrouvez un jour à la place des gens que nous aidons, soyez bien sûrs d'une chose : Nous ferons tout notre possible pour vous aider". 

Réflexion du directeur général de Solidarités International, Alexandre Giraud : "Alors que nos équipes se battent chaque jour (...) il nous est trop difficile de rester muet face à ces attaques gratuites, qui insultent, qui essentialise (c'est à dire qui réduit quelqu'un à une seule de ses dimensions - ici la condition de réfugié) les personnes que nous aidons , on leur enlève une part de dignité."