Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une trentaine de soignants mobilisés contre une réduction des effectifs en SSR au CHU de Poitiers

-
Par , France Bleu Poitou

La coordination nationale infirmière du CHU de Poitiers organisait ce mercredi 13 janvier deux manifestations contre une réduction d'effectifs prévue dans le plan de transfert de lits depuis le site de Lusignan vers le pavillon Maillol, le pôle de gériatrie de la Milétrie.

Manifestation contre le plan de transfert de Lusignan vers le pavillon Maillol
Manifestation contre le plan de transfert de Lusignan vers le pavillon Maillol - Sandrine Bouichou

A Poitiers, nouvelle réunion de négociation ce jeudi 14 janvier à 16 heures entre la coordination nationale infirmière et la Direction du CHU de Poitiers. Ce mercredi 13 janvier, une trentaine de soignants se sont mobilisés contre le plan de transfert de 35 lits depuis le site de Lusignan vers le pavillon Maillol, le pôle de gériatrie de la Milétrie au CHU de Poitiers. Un plan qui comprend une réduction d'effectifs.

On ne souhaite pas que tout cela devienne un mouroir - Sandrine Bouichou

Un projet qui pénalisera les patients selon Sandrine Bouichou, vide présidente du syndicat de la coordination nationale infirmière du CHU de Poitiers. "Ils enlèvent du personnel au chevet du patient alors que nous sommes sur une population en gériatrie, donc qui a de grands besoins. On sait tous que si nous n'avons pas de présence humaine auprès de ces patients, leur prise de soin ne se fera plus en sécurité. Nous ferons du travail à la chaîne, il n'y aura plus de temps possible pour être vraiment auprès des patients. On ne souhaite pas que tout cela devienne un mouroir. On a besoin de garder un service public de qualité", selon elle.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess