Société

Vigipirate : des compagnies de CRS entières en arrêt maladie pour "épuisement"

France Bleu mardi 7 avril 2015 à 18:30

Les CRS fortement mobilisés depuis le renforcement du plan Vigipirate
Les CRS fortement mobilisés depuis le renforcement du plan Vigipirate © Maxppp

C'est l'une des conséquences des attentats de janvier : le renforcement du plan Vigipirate, et donc la mobilisation de nombreux membres des forces de l'ordre. "Epuisés" selon leurs syndicats, dans plusieurs villes, des policiers se sont massivement mis en arrêt maladie depuis la semaine dernière.

Les effectifs entiers de plusieurs compagnies de CRS sont en arrêt maladie, depuis la semaine dernière : un moyen pour les agents de faire part de leur "épuisement " et de leur agacement après l'activation du niveau le plus élevé du plan Vigipirate. 

C'est à Toulouse que le mouvement s'est initié, la semaine dernière : 25 des 65 CRS de la compagnie 26 se sont mis en arrêt maladie. En cause, les missions de protection devant les lieux sensibles : "Ce sont des missions difficiles, un minimum de 6 heures statiques avec un gilet pare-balles qui pèse dix kilos ", explique Nicolas Comte, du syndicat Unité SGP-Police. 

> A LIRE AUSSI : le coup de fatigue des CRS de Toulouse

A Toulouse, les CRS soulignent aussi que les manifestations autour du barrage de Sivens ont accru leur quantité de travail. En début de semaine, deux autres casernes, celles de Lyon et Nancy, ont emboîté le pas à celle de Toulouse .

Le syndicat Alliance, autre syndicat de police, se félicite de l'appui des militaires pour renforcer les forces de l'ordre sur les sites sensibles. Mais il maintient que ces derniers "n'ont pas vocation à assurer, sur le long terme, les missions de sécurité publique ".