Société

VIH: les campagnes de prévention plus que jamais nécessaires

Par Corinne Fugler, France Bleu Alsace lundi 7 avril 2014 à 16:16

SLIDE Sidaction

L'association Aides travers une mauvaise passe. Elle n'a plus les moyens de financer ses actions de prévention. Pourtant, dès que les campagnes de prévention s'espacent, l'épidémie reprend.

La collecte de fonds du Sidaction permet à la fois de financer la recherche sur le VIH, de développer le dépistage et d'améliorer la qualité de vie des personnes touchées par cette maladie. Elle se poursuit jusqu'au 15 avril.L'association AIDES ne bénéficie pas du Sidaction mais partage le même but: stopper l'épidémie et aider les malades. Elle rencontre cependant de grosses difficultés financières. Un PSE, plan de sauvegarde de l'emploi, prévoit la suppression de 65 postes, sur 450, pour toute la France. Dans le grand Est, le siège de Nancy va disparaître. En Alsace, l'heure est à la rigueur. L'ARS, l'Agence régionale de santé, principal contributeur, a réduit sa subvention de 30% cette année par rapport à 2013. Aides en Alsace ne touche plus que 78 000 euros, elle recevait le double (150 000 euros), en 2010 encore. Or, avec la réduction des campagnes de prévention, les contaminations progressent.Notamment chez les hommes attirés par d'autres hommes, mais considérés par leur entourage comme hétérosexuels.

BOB AIDES Elisabeth RAMEL

Dans ses actions de prévention, l'association AIDES cible les hommes qui fréquentent ponctuellement d'autres hommes, les toxicomanes et aussi les populations d'Afrique subsahariennes. Ses volontaires démarchent par ex. les boutiques et les salons de beauté, près de la gare, à Strasbourg, fréquentés par la communauté africaine.

ENRO AIDES