Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : L'affaire Vincent Lambert

Vincent Lambert : annonce de l'arrêt des traitements

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne, France Bleu

Dans un communiqué, le médecin traitant de Vincent Lambert au CHU de Reims annonce l'arrêt des traitements la semaine du 20 mai.

L'hopital Sébastopol à Reims où Vincent Lambert est hospitalisé
L'hopital Sébastopol à Reims où Vincent Lambert est hospitalisé © Monique Derrien - Radio France

Reims, France

L'annonce a été faite à la famille. Le médecin en charge de Vincent Lambert au CHU de Reims vient d'annoncer à la famille qu'il mettrait sa décision d'arrêt des soins du 9 avril 2018 à exécution dans la semaine du 20 mai 2019

La sédation profonde et continue sera mise en œuvre

C'est la quatrième décision d'arrêt des soins prise au CHU de Reims où Vincent Lambert est hospitalisé en état végétatif depuis plus de dix ans. Le 24 avril dernier, le Conseil d'Etat avait validé cette décision en concluant que les différentes conditions étaient réunies pour stopper la nutrition et l'hydratation artificielles. La sédation profonde et continue sera donc initiée au cours de la semaine du 20 mai.

Tous les recours en justice semblent bien aujourd'hui épuisés puisque la Cour européenne des droits de l'Homme a rejeté la dernière requête pour le maintien en vie de Vincent Lambert, requête initiée par ses parents.

De nouveaux recours ?

Quant à cet organisme de l'ONU, le Comité international de protection des droits des personnes handicapés, aussi saisi par les avocats des parents du patient, ses recommandations n'ont pas de valeurs contraignantes ni pouvoir de sanction avait précisé il y a quelques jours la ministre de la Santé, Agnès Buzyn.

Maître Paillot, l'avocat des parents de Vincent Lambert entend maintenant en appeler au président de la République et au Défenseur des Droits, Jacques Toubon. Selon lui, d'autres actions, d'autres recours, pourraient être présentés en début de semaine prochaine. 

Un autre de leurs avocats, Me Jérôme Triomphe, a réaffirmé : "Nous allons nous battre". "Vous pensez bien que nous n'allons pas laisser faire et que nous sommes en train de rédiger un certain nombre de recours complémentaires (...) Nous saisissons les juridictions compétentes pour que la France soit contrainte de respecter ses engagements internationaux", a-t-il ajouté, sans dire de quelles juridictions il s'agit. 

De son côté, le neveu de Vincent Lambert, François Lambert, qui s'est positionné depuis le début de cette douloureuse affaire pour un arrêt des soins, n'a pas souhaité réagir à cette annonce.