Société

Viol dans un lycée de La Rochelle : 527 ADN vont être prélevés

Par Mikaël Roparz, France Bleu La Rochelle dimanche 13 avril 2014 à 12:52 Mis à jour le dimanche 13 avril 2014 à 16:40

Le lycée d'enseignement catholique Fénelon-Notre-Dame de La Rochelle
Le lycée d'enseignement catholique Fénelon-Notre-Dame de La Rochelle © MaxPPP/XAVIER LEOTY

Pendant trois jours, à partir de lundi, des tests ADN vont être pratiqués sur 527 personnes de sexe masculin dans un lycée privé de La Rochelle. La justice veut tenter d'identifier l'auteur d'un viol commis en septembre 2013 dans l'établissement.

C'est un fait plutôt rare dans un établissement scolaire. Au lycée d'enseignement catholique Fénelon-Notre-Dame, jusqu'à mercredi, 475 lycéens, 31 enseignants et 21 autres personnes, des hommes tous présents au moment des faits le 30 septembre dernier vont devoir se soumettre à des tests ADN. 

La procureure de La Rochelle Isabelle Pagenelle a pris cette décision faute d'avoir pu identifier l'auteur de l'agression commise sur une élève de 16 ans dans les toilettes de ce lycée d'enseignement catholique de La Rochelle. Selon elle, la victime a été agressée dans le noir. Elle n'a pas pu donner de descriptions précises de son agresseur mais l'examen de ses vêtements a permis de trouver un profil ADN masculin, inconnu au fichier national des empreintes génétiques (FNAEG). 

On devrait connaître les résultats dans un mois environ. 

La directrice de ce lycée de 1300 élèves a mis en place une "cellule de soutien psychologique" depuis vendredi. 

Des prélèvements massifs d'ADN avaient déjà été mis en œuvre dans quelques affaires criminelles comme le meurtre de Caroline Dickinson pendant l'été 1996. Plus de 400 habitants de Pleine-Fougères près de Rennes avaient donné leur ADN. Même chose après le meurtre de Ludivine Guihard, tuée à Guérande en mai 2004.