Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Violences conjugales : 1.000 bracelets anti-rapprochement déployés avant la fin de l'année

-
Par , France Bleu

La ministre chargée de l'Egalité femme-homme Elisabeth Moreno a annoncé ce mardi sur France Inter que "1.000 bracelets anti-rapprochement" seraient déployés avant la fin de l'année en France pour lutter contre les violences conjugales.

La ministre Elisabeth Moreno a annoncé le déploiement des bracelets anti-rapprochement dans une trentaine de juridictions supplémentaires.
La ministre Elisabeth Moreno a annoncé le déploiement des bracelets anti-rapprochement dans une trentaine de juridictions supplémentaires. © Maxppp - Eric Malot

Elisabeth Moreno, ministre chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes, a annoncé ce mardi sur France Inter le déploiement de 1.000 bracelets anti-rapprochement d'ici la fin de l'année. La mesure, destinée à tenir éloignés les conjoints ou ex-conjoints violents, est en expérimentation depuis le 25 septembre dans plusieurs juridictions françaises.

Ces bracelets font partie des mesures annoncées à l'automne 2019, lors du Grenelle contre les violences conjugales. Ils sont actuellement testés dans cinq juridictions : Aix-en-Provence, Angoulême, Bobigny, Douai et Pontoise.

Une trentaine de nouvelles juridictions concernées

"C'est terrible" estime Elisabeth Moreno, interrogée sur la hausse des féminicides en France. L'année dernière, 146 femmes ont été tuées par leur compagnon ou ex, contre 121 en 2018, selon les chiffres officiels. "Après tous les efforts faits ces dernières années... Jamais on a autant mis en lumière le sujet des violences conjugales. Cette grande cause du quinquennat a permis à Marlène Schiappa de mettre sur la table un sujet dont personne ne parlait. Ce Grenelle nous a donné 46 mesures qu’il est extrêmement important d’exécuter une à une."

"Dès le mois de novembre nous irons sur les territoires ultramarins, nous allons étendre ça dans une trentaine d'autres juridictions, a indiqué la ministre. Je peux vous dire que notre détermination, c'est de faire en sorte qu'à la fin de cette année, 1.000 bracelets soient déployés sur tous les territoires et que les femmes se sentent protégées et qu'elles n'aient pas systématiquement la peur au ventre de voir leur agresseur s'approcher du domicile ou de l'école."

Concernant les auteurs de violence conjugales, la ministre indique "l'ouverture de 15 centres pour traiter les agresseurs, socialement, psychologiquement. On sait que 38 % d'entre eux sont sous addiction d'alcool, de drogue etc. Les traiter, c'est aussi une manière de réduire ces féminicides."

Dans un point d'étape ce mardi, le ministère chargé de l'Egalité entre les femmes et les hommes annonce que la moitié des 46 mesures prévues par le Grenelle contre les violences conjugales a été réalisée : "23 mesures sont effectives, 20 sont en cours de réalisation, et 3 projets demeurent en construction", indique le ministère dans un communiqué.

"Lutter contre cette violence à l'égard des personnes LGBT+"

Élisabeth Moreno a aussi annoncé des mesures pour lutter contre l'homophobie et les discriminations envers les personnes LGBT+. Elle a notamment évoqué l'importance de "lutter contre cette haine, cette violence à l'égard des personnes LGBT+."

"L’une des insultes les plus violentes dans les cours d’écoles ou les stades, c’est 'pédé' (...) Il faut commencer par éduquer, par sensibiliser. Nous allons créer un site internet sur lequel le corps enseignant pourra trouver tous les outils, les éléments de langage parce que c'est pas toujours un sujet très facile à traiter", explique-t-elle. "Nous allons écrire un guide pour recevoir les jeunes trans dans les écoles", a-t-elle ajouté.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess