Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Violences conjugales : "les femmes parlent de plus en plus"

jeudi 8 mars 2018 à 8:43 Par Clémence Dubois-Texereau, France Bleu Poitou

A l'occasion de la journée internationale des droits des femmes ce 8 mars, la psychiatre et médecin légiste poitevine Alexia Delbreil anime une conférence au lycée Paul Guérin à Niort autour de la thématique des violences conjugales.

123 femmes ont été tuées par leur conjoint en 2016.
123 femmes ont été tuées par leur conjoint en 2016. © Maxppp - Valérie Vrel

Est-ce dû à l'affaire Weinstein ? Le docteur Alexia Delbreil en tout cas affirme que cette affaire a joué pour libérer la parole sur un tabou. Les femmes osent parler de plus en plus des violences dont elles sont victimes et ce "depuis des années."

Des situations propices au passage à l'acte 

Et le médecin souhaite mettre en garde contre des situations "propices à un passage à l'acte criminel." Selon Alexia Delbreil, il y en a particulièrement deux : 

  • Les violences conjugales sur fond d'alcoolisme. "C'est le geste de trop, le geste qui va trop loin"
  • La volonté de séparation du partenaire. "Qu'il s'agisse d'une séparation discutée, annoncée ou effective, les trois à six mois qui suivent la séparation peuvent être critiques. Il y a un risque de passage à l'acte criminel dû à une incompréhension du partenaire."

Une conférence pour repérer les violences conjugales

C'est pourquoi le collectif niortais 109 a proposé cette conférence au médecin légiste. Le but :  "repérer les violences conjugales. Au départ, ça s'installe de manière insidieuse c'est-à-dire que le comportement est toléré et puis ça augmente avec le temps" explique Alexia Delbreil. 

Un collectif dont le nom n'est pas anodin, "collectif 109", comme le nombre de femmes tuées par leur conjoint en 2017. Elles étaient 123 en 2016, "un chiffre qui varie peu" indique le médecin légiste au CHU de Poitiers.  

Conférence "Violences conjugales : jusqu'où va l'emprise?" au lycée Paul Guérin à Niort ce jeudi 8 mars à 20h30.