Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société
Dossier : Grenelle des violences conjugales

Violences conjugales : un auteur condamné témoigne après un stage de responsabilisation

-
Par , France Bleu Azur, France Bleu

La prise en charge des auteurs de violences conjugales est un des moyens d'éviter la récidive. Depuis 2015, il existe au tribunal de grande instance de Grasse des stages de responsabilisation pour les auteurs condamnés par la justice. L'un des participants a accepté de témoigner.

Un auteur de violences témoigne, il a suivi un stage de responsabilisation obligatoire
Un auteur de violences témoigne, il a suivi un stage de responsabilisation obligatoire © Maxppp - Maxime JEGAT

Mougins, France

Ces stages de responsabilisation pour les auteurs de violences conjugales font partie des outils de prévention de la récidive. Le service pénitentiaire d'information et de probation de Mougins organise ces stages de lutte contre les violences au sein du couple depuis 2015. Des auteurs, condamnés par la justice, sont réunis en petit groupe pendant deux jours et demi au TGI de Grasse. L'association ARPAS et le centre d'information des droits des femmes interviennent durant ces stages. 

L'objectif est que les auteurs reconnaissent leur passage à l'acte, "qu'ils prennent conscience de sa gravité, qu'ils identifient ce qui a provoqué cette violence", précise Martine Gognalons, conseillère pénitentiaire d'insertion et de probation. 

“Beaucoup d'entre-eux nient les faits ou minimisent en début de stage et progressivement, échangent, se questionnent et confrontent leurs expériences par le débat. S'opère alors un début de remise en cause et une prise en compte de la victime, de la souffrance de l'autre.“

Les conseillers en charge du suivi judiciaire travaillent ensuite sur ce qui bloque. 

"Après 26 ans de vie commune, je lui ai porté un coup"

Un auteur de violence a accepté de témoigner. Nous l'appellerons Hervé pour préserver son anonymat. Son casier judiciaire était vierge jusqu’à cet acte, un soir de la Saint-Valentin. Il vit seul avec sa femme, son fils a quitté le domicile pour étudier et petit à petit le climat au sein du couple se dégrade. Hervé raconte : "Après 26 ans de vie commune avec ma femme, il y a eu un passage à l’acte, que je regrette et que je déplore. Un 14 février, on s'est disputé, je lui ai porté un coup dans un état d’énervement. C’est moi qui ait appelé la police pour acter le coup". 

Témoignage

S’en suivent les poursuites judiciaires, une obligation d’éloignement et une interdiction d'entrer en contact avec sa compagne. "Durant plusieurs mois jusqu’à la date de mon procès, j'ai vécu dans un autre département. Vous devez pointer au commissariat, si vous ne respectez pas la mesure, vous allez en prison."

Hervé est finalement jugé et condamné à une peine de prison avec sursis et mise à l'épreuve, une injonction de soins et un stage obligatoire de responsabilisation. 

“Ce stage m'a personnellement beaucoup apporté, il m’a permis d’identifier les choses, j'étais face à mes responsabilités. On visionne de petits films montrant différentes formes de violences au sein du couple très explicites et marquants. On est encadrés de professionnels, de médiateurs qui nous guident et nous aident à percevoir le problème. ”

Ce stage, Hervé le perçoit comme "une chance". Ce père de famille a conscience que le foyer doit être un lieu de protection et non "le foyer de toutes les peurs". Il ajoute "je me rends compte que les situations peuvent vite déraper quand on ne se respecte plus, c'est l'escalade. Je vais aujourd'hui voir un psychiatre, ma femme a salué la démarche et accepté que l'on reste ensemble alors qu'elle aurait très bien pu me quitter. Je ne vous cache pas que mon image de père en a pris un coup." 

Hervé est toujours suivi par un conseiller d’insertion et de probation.  Martine Gognalons, animatrice du stage, explique qu' "il y a toujours une prise en charge dans la durée, l'objectif est d'arriver à la reconnaissance de son acte, à la prise de conscience."

Il existe aussi des stages pré-sententiels à Nice depuis 2017, imposés par un juge. Ces stages sont une alternative aux poursuites, quand adviennent des violences au sein d’un couple et qu'il peut fonctionner à nouveau. Ces stages sont obligatoires, sinon c'est le tribunal. Ils sont organisés par les associations Arpas à Cagnes-sur-Mer et Parenthèse à Antibes. Le dossier de l'auteur n’est toutefois pas effacé par la justice.

Choix de la station

France Bleu