Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Violences conjugales : un centre de suivi des agresseurs mis en place à Lorient parmi les 16 en France

-
Par , France Bleu Breizh Izel, France Bleu Armorique

La ministre déléguée à l'égalité femmes-hommes, Elisabeth Moreno, l'a annoncé ce mardi : 16 centres de suivi, dont un à Lorient, vont être mis en place d'ici la fin de l'année pour la prise en charge des auteurs de violences conjugales.

Elisabeth Moreno, ministre déléguée en charge de l'égalité femmes-hommes, était en visite à l'unité médico judiciaire de l'hôpital de Lorient en août dernier.
Elisabeth Moreno, ministre déléguée en charge de l'égalité femmes-hommes, était en visite à l'unité médico judiciaire de l'hôpital de Lorient en août dernier. © Radio France - Roméo van Mastrigt

C'est un nouveau pas dans la lutte contre les violences conjugales. Lorient a été retenue parmi les 16 villes choisies en France pour mettre en place un centre de suivi et de prise en charge des auteurs de violences conjugales. Un dispositif dans le cadre du grenelle des violences conjugales, annonce d'Elisabeth Moreno, ministre déléguée à l'égalité femmes-hommes, ce mardi. 

Dans le Morbihan, ce dispositif sera géré par la Sauvegarde 56, en collaboration avec plusieurs associations. "L'objectif, c'est de créer une offre de services pour prendre en charge les auteurs de violences conjugales. Cela passe par des solutions d'hébergement, mais aussi par des stages de responsabilisation et par le développement de la prise en charge psychologique, ce que l'on n'avait pas jusqu'à présent", assure Jean-Michel Guillo, le directeur des dispositifs de prévention et d'insertion de la Sauvegarde 56. Il y aura d'ailleurs six places d'hébergement disponibles pour les auteurs de violence conjugales dans le département.

Augmentation de 400% de prise en charge des victimes entre 2018 et 2019 à Lorient

Plusieurs professionnels interviendront auprès des auteurs de violences conjugales : psychologues, travailleurs sociaux, médecins, en lien avec le milieu judiciaire. "C'est important de s'investir dans un dispositif qui ne prend pas en charge que les victimes. Pour éviter les récidives, il est important de s'attaquer directement au mal et donc aux auteurs", souligne le docteur Benoît Suply, médecin légiste responsable du centre de proximité de médecine légale de Bretagne sud, où il chapeaute notamment l'unité qui accueille les victimes de violences conjugales. "C'est une continuité, il faut traiter les victimes, mais aussi les agresseurs", ajoute-t-il. 

Les violences conjugales ont fortement augmenté dans le département. Le docteur Suply a pris en charge 400% de victimes en plus en 2019 par rapport à 2018 à Lorient. En juin 2020, les chiffres de 2019 étaient déjà atteints. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess