Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société
Dossier : Grenelle des violences conjugales

Violences conjugales : une structure va ouvrir à Belfort pour accueillir les hommes violents

L'Armée du Salut va ouvrir début octobre à Belfort un lieu d'accueil et d'accompagnement pour les hommes auteurs de violences conjugales. Objectif : éviter la récidive.

Le lieu où seront implantés ces locaux n'a pas encore été dévoilé.
Le lieu où seront implantés ces locaux n'a pas encore été dévoilé. © Maxppp - Sebastien JARRY

Belfort, France

Alors que se poursuit en France jusqu'au 25 novembre, le "Grenelle contre les violences conjugales", l'Armée du Salut annonce vouloir ouvrir en octobre prochain à Belfort une structure d'accueil pour accompagner les hommes qui ont, ou qui ont eu, des comportements violents dans le cercle familial. Les hommes pris en charge seront engagés dans un travail sur eux-mêmes, avec l'aide de psychologues. Objectif : analyser les origines de leur comportement violent et prévenir ainsi tout nouveau passage à l'acte.

"Faire un travail avec eux pour qu'ils ne recommencent pas à frapper"

"Nous nous sommes rendus compte en hébergeant régulièrement des femmes victimes de violences, et qui quittent le domicile, que très souvent elles retournent au domicile, que leur compagnon soit condamné par la Justice ou non (...) on s'est dit qu'il était important de pouvoir faire un travail avec les hommes qui sont auteurs de violence de sorte qu'ils ne puissent pas recommencer à frapper leur compagnes", explique Thierry Novelli, le directeur de l'Armée du Salut à Belfort.

Quatre studios et un logement

Cette structure d'accueil pour conjoints violents devrait ouvrir ses portes dans le courant du mois d'octobre dans des locaux que va louer l'Armée du Salut de Belfort. Ces locaux seront constitués de quatre studios, et d'un logement qui permettra d'avoir des entretiens avec des psychologues et des travailleurs sociaux. Le lieu où seront implantés ces locaux n'a pas encore été dévoilé.

Premiers retours d'expérience positifs

Pour protéger les femmes victimes de violences, il existe déjà des associations comme Solidarité Femmes. Mais l'accompagnement et le suivi des conjoints violents sont encore peu développés en France. Pourtant les quelques expériences réalisées donnent des résultats encourageants selon Thierry Novelli. "Effectivement, on a des retours qui montrent qu'il y a beaucoup moins de récidive quand il y a un travail qui s'engage", explique-t-il.

"Ce qui est important, c'est un engagement réel de la personne"

"Evidemment il faut que la personne soit elle-même volontaire, on ne peut pas imposer à quelqu'un de faire ce travail pour qu'au bout du compte, tout ce qu'il cherche à faire, c'est réduire son temps de peine, ce qui est important c'est un engagement réel, que la personne comprenne que son comportement va détruire son couple et sa famille".

La prise en charge de ces conjoints violents se fera en partenariat avec la Justice. "C'est le Juge d'Application des Peines qui pourra prendre la décision pour les personnes condamnées quelques mois avant la sortie (du milieu carcéral) ou alors ce sera le Procureur de la République qui pourra se positionner avant même que l'audience ait eu lieu", explique Thierry Novelli. "Les deux cas de figure seront possibles, mais ce sera en partenariat avec la Justice".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu