Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Violences faites aux femmes : se reconstruire grâce à l'art

mardi 2 octobre 2018 à 6:16 Par Jean-Pierre Burlet, France Bleu Vaucluse

La secrétaire d'État en charge de l'Égalité femmes-hommes a détaillé lundi plusieurs mesures "concrètes", issues de discussions avec les femmes, les élus locaux, les travailleurs sociaux, les urgentistes et les associations. À Avignon, une artiste venue d'Italie aide les victimes à se reconstruire.

Le groupe femmes au travail au centre de La Barbière à Avignon
Le groupe femmes au travail au centre de La Barbière à Avignon © Radio France - Jean-Pierre Burlet

Avignon, France

En 2016, 123 femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex-compagnon, soit environ une tous les trois jours.  Au moment où la ministre faisait son intervention, deux groupes de femmes travaillaient ensemble au centre socio-culturel de La Barbière à Avignon.  Un projet théâtral qui mélange femmes des quartiers d'Avignon et femmes italiennes venues d'un foyer de femmes battues de Palerme. Ces italiennes se reconstruisent à travers ce travail dirigé par Patrizia d'Antona. 

Celle-ci explique en quoi ce travail aide à la reconstruction des victimes de violences physiques mais aussi psychologiques

Patrizia d'Antona dirige un travail théâtral de reconstruction des femmes victimes de violences conjugales

La secrétaire d'État en charge de l'Égalité femmes-hommes a détaillé lundi plusieurs mesures _"concrètes",issues de discussions avec les femmes, les élus locaux, les travailleurs sociaux, les urgentistes et les associations. Parmi les cinq mesures de ce plan présenté par Marlène Schiappa :  une campagne de télévision lancée dimanche en direction des témoins de violences sexistes et sexuelles et financée à hauteur de 4 millions d'euros ; une subvention supplémentaire de 120.000 euros ttribuée à la fédération qui gère le 3919, numéro d'appel gratuit pour les femmes victimes de violences ; la création d'une plateforme de signalement en ligne des violences sexistes et sexuelles pour "faciliter les plaintes" ; un outil de géolocalisation des places d'hébergement d'urgence et la mise en place de "contrats locaux contre les violences"_.