Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Violences policières : des experts de l'ONU souhaitent que le gouvernement sorte du "déni de réalité"

-
Par , France Bleu Bourgogne

Une réunion informelle s'est tenue ce jeudi entre des experts des Nations Unies et des représentants de la société civile, dont le syndicaliste dijonnais Elie Lambert (Solidaires). Les rapporteurs regrettent que la réponse apportée par le gouvernement soit dans une forme de "déni de la réalité".

Une manifestation de soutien aux Gilets jaunes blessés. /Photo d'illustration.
Une manifestation de soutien aux Gilets jaunes blessés. /Photo d'illustration. © Radio France - Anne Fauvarque

Nous vous en parlions, une réunion informelle s'est tenue ce jeudi à Paris, entre deux rapporteurs de l'Organisation des Nations unies (ONU) et des représentants de la société civile. Parmi eux, des syndicalistes, comme le Dijonnais Elie Lambert, secrétaire général de Solidaires 21 (également élu au niveau national). 

L'objectif était de faire le point sur d'éventuelles atteintes aux libertés fondamentales, dans le contexte de la crise des Gilets jaunes. A la suite de la réunion, les experts de l'ONU tirent à nouveau la sonnette d'alarme. "Au vu des nombreux cas qui nous ont été rapportés, il y a une vraie inquiétude à avoir", résume Michel Frost, rapporteur spécial des Nations unies sur la situation des défenseurs des droits de l’homme.

"La France s'honorerait à mieux répondre à nos questions"

Les experts se disent non satisfaits de la réponse du gouvernement français. "La France s’honorerait à mieux répondre à nos questions. Ce qui est frappant c'est que malgré les témoignages ou le travail de David Dufresne qui recense les yeux percés, les membres arrachés... et bien il y a un déni de réalité : on nous répond que la France est un Etat de droit et que par conséquent il n'y a pas de violences policières", complète Michel Frost. 

Interdire le LBD ?

L'usage des armes dites non-létales a été évoqué durant la réunion. "Nous estimons que le dispositif de maintien de l'ordre français a des défaillances, notamment en ce qui concerne les armes qui sont utilisées", détaille Clément Voulé, rapporteur spécial des Nations unies sur la liberté de manifester. 

Les experts estiment que la violence des manifestants n'est pas une raison suffisante pour employer des armes telles que les LBD. "Les black blocs, qu'on accuse souvent à juste raison d'être les auteurs de violences envers la police, sont présents partout en Europe. Pour autant, la réponse donnée par les autres pays est bien différente. Nous pensons qu'il existe d'autres logiques de gestion des manifestations".