Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Violences policières : plus de 200 personnes manifestent à Mont-de-Marsan

-
Par , France Bleu Gascogne

A l'appel de plusieurs syndicats, associations et partis politiques, des manifestants se sont rassemblés ce samedi à Mont-de-Marsan pour protester contre la loi "sécurité globale" et contre les violences policières.

Plus de 200 personnes ont manifesté à Mont-de-Marsan
Plus de 200 personnes ont manifesté à Mont-de-Marsan © Radio France - Renaud-Biondi-Maugey

Ce samedi de multiples rassemblements sont prévus en France contre la proposition de loi "sécurité globale". Dans les Landes, c'est à Mont-de-Marsan que la manifestation était annoncée. Dans la matinée de ce samedi 28 novembre, plus de 200 personnes se sont rassemblées place Saint-Roch, à Mont-de-Marsan, a constaté France Bleu Gascogne. Il s'agissait de protester contre la proposition de loi "sécurité globale" et sa mesure phare, qui prévoit de restreindre la possibilité de filmer les forces de l'ordre. Mais les manifestants entendaient aussi protester contre les violences policières, notamment celles de ces derniers jours. 

L'évacuation brutale d'un camp de migrants à Paris lundi soir et la révélation jeudi du passage à tabac d'un producteur de musique noir par quatre policiers ont suscité l'indignation et électrisé le débat. Des scènes filmées et visionnées des millions de fois sur les réseaux sociaux.

A Mont-de-Marsan, l'appel à manifester a été relayé par de nombreuses associations, syndicats mais aussi partis politiques. Des "gilets jaunes" étaient également présents. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess