Société

Violences à Sarcelles : qui étaient les casseurs ?

Par Martine Bréson, France Bleu Paris lundi 21 juillet 2014 à 11:12 Mis à jour le lundi 21 juillet 2014 à 19:00

Les violences ont éclaté après une manifestation à Sarcelles
Les violences ont éclaté après une manifestation à Sarcelles © MaxPPP

Au lendemain de violences qui ont éclaté dimanche après midi après une manifestation pro-palestinienne qui n’avait pas été autorisée, la police et les élus cherchent à comprendre ce qui s'est passé et à savoir qui étaient ces casseurs.

La manifestation de soutien aux Palestiniens de Gaza a dégénéré dimanche à Sarcelles. Ce lundi matin, les habitants se sont réveillés dans une ville jonchée de débris de verre, d'abris bus cassés, de voitures brulées. Sarcelles est pourtant connue pour sa vie multiculturelle où les religions cohabitent . Alors qui sont ces casseurs ? Plutôt des jeunes , la plupart sont de Sarcelles mais pour beaucoup, la manifestation a servi de prétexte expiquent policier et élus.

Enro Sarcelles 18h30

Ce lundi soir à 20h00, un rassemblement, inter-religieux est prévu, à la synagogue de Sarcelles, pour apaiser un peu les tensions. Elle aura lieu avec le rabbin de Sarcelles, mais aussi l'évêque de Pontoise et plusieurs imams.

Les manifestations pro-parlestinienne doivent-elles être interdites ?

Après ces violences, la question de l’interdiction de ces manifestations se pose d’autant plus que deux nouvelles manifestations sont prévues cette semaine, mercredi et samedi, à Paris.

E Faut il interdire les manifestations

Pour le syndicat Unité SGP police FO, syndicat majoritaire dans la Police nationale, interdire cette manifestation a permis de faciliter le travail des forces de l'ordre. 

S Manif interdite

Les violences de Sarcelles se sont produites un jour après des débordements à Paris dans le quartier de Barbès. Samedi, des milliers de manifestants pro-palestiniens avaient défilé, malgré l'interdiction des autorités. Des heurts avaient également éclaté en fin de manifestation : dix-sept policiers et gendarmes avaient été blessés, et 11 personnes étaient encore en garde à vue ce lundi matin

Le lendemain à Sarcelles, même scénario. Après la manifestation, des commerces ont été saccagés ou pillés, des voitures ont brulé, du mobilier urbain a été détruit. Pour disperser les casseurs, les forces de l’ordre ont lancé des bombes lacrymogènes et ont tiré des balles en caoutchouc.

Le ministre de l’Intérieur, [Bernard Cazeneuve, était ce lundi matin dans le Val-d’Oise à Sarcelles]( http://www.francebleu.fr/infos/manifestation/cazeneuve-denonce-des-violences-antisemites-en-marge-d-une-manifestation-sarcelles-1671287). Il dénonce "des actes graves et intolérables ".

cazeneuve - BFM TV 6H-8H

Bernard Cazeneuve a rappelé qu'il est "légitime " d'exprimer sa position sur les événements à Gaza, mais juge "intolérable que l'on s'en prenne à des synagogues ou à des commerces parce qu'ils sont tenus par des juifs. Rien ne peut justifier de telles violences ", explique-t-il.