Société

Violences sexuelles: 80 professionnels alsaciens formés sur la prévention et la détection

Par Aurélie Locquet, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass lundi 30 janvier 2017 à 6:55

Une femme sur six aurait été victime d'un viol ou d'une tentative de viol. (illustration)
Une femme sur six aurait été victime d'un viol ou d'une tentative de viol. (illustration) © Maxppp -

L'association "Stop aux violences sexuelles" organisait une formation ce week-end à Obernai. 80 professionnels alsaciens y ont participé avant la mise en place d'une plateforme d'échanges dans les semaines à venir pour prévenir et détecter les violences sexuelles, et accompagner les victimes.

Des chiffres qui font froid dans le dos: une femme sur quatre et un homme sur six ont été victimes de violences sexuelles en France selon l'association Stop aux Violences Sexuelles. Elle organisait une formation le week-end dernier à Obernai. 80 professionnels alsaciens y ont participé, principalement des sages femmes, des gynécologues, des infirmières. Des professionnels de la petite enfance et du monde de l'éducation étaient aussi présents.

Des violences souvent niées, cachées

L'objectif, à terme, de cette formation est de mettre en place une plateforme d'échanges pour ces professionnels, pour leur permettre de mieux prendre en charge les victimes de violences sexuelles. Mais aussi pour mieux les détecter. Car ces violences sont souvent niées, et cachées. Pour les thérapeutes, les albums de famille ou les carnets de santé peuvent donc apporter des indices. "Le carnet de santé permet de baliser les événements qui sont arrivés dans la vie d'un enfant", explique Violaine Guérin, endocrinologue et gynécologue, l'un des piliers de l'association "Stop aux violences sexuelles". "Chez des personnes qui sont en amnésie traumatique, ça permet de retrouver des dates. Des ruptures de croissance peuvent alerter. "

"Les enfants peuvent être en rupture scolaire, se replier sur eux-mêmes, des signes qui peuvent alerter."

C'est l'association "Autour de la bulle" à Obernai qui porte le projet de plateforme d'échanges. Une nouvelle formation pourrait être organisée pour les gendarmes et les juristes. En France, seulement 11% des victimes de viols ou de tentatives de viol portent plainte, et 13% déposent une main courante.