Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Violences sexuelles : des personnalités féminines en appellent à Emmanuel Macron

dimanche 5 novembre 2017 à 16:54 Par Oanna Favennec, France Bleu

Ce dimanche, une pétition a été mise en ligne demandant au président de la République un "plan d’urgence" contre les violences sexuelles. Elle reprend un appel paru dans le Journal du Dimanche, signé par une centaine de femmes comédiennes, journalistes, féministes, artistes…

La pétition avait, ce dimanche après-midi, réuni près de 20.000 signatures.
La pétition avait, ce dimanche après-midi, réuni près de 20.000 signatures. - Capture d'écran, site Change.org

L’appel, paru dans le Journal du Dimanche, a été initié par la militante féministe Caroline De Haas. Signé par une centaine de personnalités "femmes", comme les comédiennes Alexandra Lamy et Anna Mouglalis, les chanteuses Imany ou Louane Emera, ou encore l’écrivaine Marie Darrieusscq, le texte a ensuite été mis en ligne sur Internet, sous forme d’une pétition sur le site Change.org. Ce dimanche, à 16h30, cette dernière avait atteint près de 20.000 signatures.

Un plan d'urgence à la hauteur de ce qui est fait pour la sécurité routière

Les auteures demandent un plan d’urgence, à la hauteur de ce qui est mis en œuvre pour la sécurité routière. Ce texte arrive après l’avalanche de témoignages apparus dans la sphère publique depuis la révélation des agissements du producteur américain Harvey Weinstein. "Une femme sur deux a déjà été victime de violence sexuelle. Certaines ne sont plus là pour signer cette tribune, mortes sous les coups. Certaines sont plus particulièrement concernées parce qu'elles sont en situation de handicap, lesbiennes ou subissent le racisme", souligne le texte de la pétition.

Cinq mesures prioritaires sont proposées :

  1. le doublement immédiat des subventions des associations accueillant les femmes victimes
  2. une formation obligatoire de l'ensemble des professionnels en contact avec elles
  3. la création d'un brevet de la non-violence sur le modèle du brevet de la sécurité routière au collège
  4. la formation obligatoire en entreprise contre le harcèlement sexuel au travail
  5. une campagne nationale de communication du même niveau que celles sur la sécurité routière