Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Violences sexuelles envers les femmes : la campagne #SoyezAuRdv demande au gouvernement un plan d'urgence

vendredi 24 novembre 2017 à 8:37 Par Marina Cabiten, France Bleu

Cinq militantes féministes, qui ont recueilli 700.000 soutiens en ligne, lancent une action vendredi avec notamment le hashtag #SoyezAuRdv sur les réseaux sociaux, et réclament à Emmanuel Macron un plan d'urgence contre les violences sexuelles.

Des féministes lancent une campagne de communication pour interpeller le gouvernement sur les violences sexuelles faites aux femmes
Des féministes lancent une campagne de communication pour interpeller le gouvernement sur les violences sexuelles faites aux femmes © AFP - Bertrand GUAY

#SoyezAuRdv : c'est le slogan utilisé depuis vendredi matin sur les réseaux sociaux, pour cette campagne de communication dont le but est d'interpeller Emmanuel Macron sur les violences sexuelles envers les femmes.

Laure Salmona, Fatima Benomar, Madeline de Silva, Caroline De Haas et Clémentine Vagne sont à l'origine de cette campagne.

Toutes les cinq avaient lancé chacune une pétition pour dénoncer les violences sexuelles contre les femmes, pour réclamer l'annulation de l'hommage à Roman Polanski par la Cinémathèque française et pour demander la formation des policiers contre le harcèlement de rue. Ces cinq pétitions avaient été signées par plus de 700 000 personnes au total.

Elles se tournent désormais vers Emmanuel Macron "pour lui demander d'être à la hauteur de l'enjeu. Nous exigeons des actions précises, des moyens ambitieux et des résultats rapides. Notre campagne vise à rappeler au président de la République que les discours ne suffisent pas", écrivent-elles dans un communiqué. "Nous avons besoin d'un engagement financier massif pour en finir avec les violences. Nous avons besoin d'une formation obligatoire de l'ensemble des professionnels en contact avec les femmes victimes". Cette campagne milite également pour la mise en place d'un "brevet de la non-violence qui permette, dès le plus jeune âge, d'apprendre le respect et le consentement".