Société

Vions : les chats empoisonnent le quotidien des habitants

Par Bleuette Dupin, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu vendredi 5 août 2016 à 5:30

Une trentaine de chats errants ont envahi la commune de Vions
Une trentaine de chats errants ont envahi la commune de Vions © Radio France - Cyrille Ardaud

Des dizaines d'habitants se sont plaints auprès du maire de Vions (Savoie) des nuisances causées par des chats errants de plus en plus nombreux. Pas question de les attraper et de les mettre en fourrière, car d'autres viendront prendre le relais, dit le maire qui met en place une autre solution.

La commune de Vions (Savoie), au nord du lac du Bourget, est confrontée depuis novembre dernier à un problème de chats errants. Des dizaines d’habitants se sont plaints des petits félins : miaulements incessants en plein milieu de la nuit, déjections, poubelles déchiquetées, chats agressifs… Valentine, qui habite un appartement au rez-de-chaussée, explique les désagréments : "Ils montent sur le balcon, font leurs besoin. Et on ne peut même pas s'asseoir, ça sent trop mauvais. C'est pas que je n'aime pas les chats, mais personne ne s'en occupe".

Une solution originale

D'habitude les maires organisent des périodes de captures des chats errants et les remettent à des associations de protection des animaux. A Vions, le maire a décidé de les faire capturer, de financer leur stérilisation et de les relâcher dans sa commune. Sinon, d'autres chats viendront occuper le territoire et il faudra tout recommencer. Il préfère donc maîtriser la population de félins.

D'où viennent ces chats ?

A l’origine du problème : des chats abandonnés, d’autres qui se sont enfuis de chez eux après le décès de leur maître. Le maire de Vions, Jean-Pierre Savioz Fouillet, demande aux habitants d'avoir un comportement responsable avec les animaux : "Il faudrait conseiller à tous les habitants qui ont des chats de soit les stériliser soit les faire castrer. En même temps, de ne pas laisser de nourriture à l'extérieur" afin d'éviter la prolifération des chats.

Le maire a passé un accord avec une clinique vétérinaire pour que les habitants puissent bénéficier d’un tarif préférentiel (90€ au lieu de 130€) pour la castration ou la stérilisation de leur chat. La commune espère résoudre le problème avant la fin de l’automne.

Reportage dans les rues de Vions