Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Visa pour l’Image : la Centrafrique vue par Pierre Terdjman

-
Par , France Bleu Roussillon

Début 2013, les miliciens de la Séléka, principalement musulmans, prennent les armes. Face à cette violence, les paysans s’organisent en milices d'auto-défense, les anti-balaka. Le photographe Pierre Terdjman a suivi ce conflit. Il raconte la souffrance d’un peuple.

Un blessé à l’hôpital communautaire.
Un blessé à l’hôpital communautaire.

Début décembre 2013, la France lance l’opération Sangaris et envoie des troupes armées pour désamorcer le conflit. Mais personne n’est plus en mesure d’arrêter l’explosion de la violence entre les deux camps.

Trois mois et demi sur le terrain

Pierre Terdjman fait partie des rares reporters qui suivent le conflit . Il arrive en Centrafrique fin novembre, pour couvrir des affrontements à Bossangoa, une ville du nord-ouest du pays. Mais moins de 24 heures après son arrivée, les événements éclatent à Bangui .

Le photographe fera plusieurs voyages à Bangui et passera trois mois et demi dans la capitale  : "Je pense que c’est important pour comprendre la problématique du pays et se faire des contacts […], et pour les rapports humains, c’est beaucoup plus facile ".

Au début, la situation était plutôt facile pour le groupe de journalistes dont fait partie Pierre Terdjman car les habitants ont plutôt un bon rapport avec la presse. Rien à voir avec le Moyen-Orient, pas de risque d’enlèvement. Pierre Terdjman reconnaît que dans ce confit, il a pu suivre les combattants des deux camps adverses , les miliciens musulmans de la Séléka et les combattants chrétiens anti-Bakala.

Terdjman_expo1

Pierre Terdjman a choisi d’humaniser son reportage  : il veut informer de la situation mais il cherche avant tout à montrer la souffrance d’un peuple.

Terdjman_expo2

"L’homme qui défend son magasin"

Pillage d’un magasin musulman par des chrétiens dans le quartier "Combattants" à Bangui.
Pillage d’un magasin musulman par des chrétiens dans le quartier "Combattants" à Bangui.
scald=1027079:rf-imagePierre Terdjman commente l’une de ses photos, celle de "*l’homme qui défend son magasin* ". Une des photos qui fait l’affiche du festival Visa pour l’Image cette année.

Terdjman_photo

*L'exposition est présentée au Couvent des Minimes à Perpignan.* > **A voir aussi** :[Le dossier spécial Visa pour l'Image 2014](http://www.francebleu.fr/infos/visa-pour-l-image-2014-1712013) [DIAPORAMA - #Dysturb affiche le photojournalisme dans la rue](http://www.francebleu.fr/infos/visa-pour-l-image/visa-pour-l%E2%80%99image-avec-dysturb-le-photojournalisme-s-affiche-sur-les-murs-1733117) [Le site du photographe Pierre Terdjman](http://www.pierreterdjman.com/)
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu