Société

Le festival de photojournalisme Visa pour l'image sous sécurité maximale à Perpignan

Par Romain Asselin, France Bleu Roussillon mardi 16 août 2016 à 10:37

Fouilles au corps et utilisation de détecteurs de métaux sont prévues aux abords de chaque site
Fouilles au corps et utilisation de détecteurs de métaux sont prévues aux abords de chaque site © Maxppp -

Prenez vos dispositions dès maintenant si vous souhaitez profiter pleinement de Visa pour l'image. Il va falloir s'organiser pour faire face à des files d'attente parfois "interminables" à Perpignan à partir du 27 août. La sécurité est ultra-renforcée cette année en raison de la menace terroriste.

L'essentiel est préservé. "Il n'a jamais été question une seule seconde d'annuler le festival", précise d'emblée le préfet des Pyrénées-Orientales Philippe Vignes, au moment de présenter le dispositif de sécurité prévu pour encadrer la 28e édition de ce qui se fait de mieux en matière de rendez-vous consacré au photojournalisme.

Ni de modifier sa ligne éditoriale d'ailleurs. Hors de question pour le maire de Perpignan, Jean Marc Pujol : "Le photojournalisme ramène aujourd'hui ce que beaucoup de gens voudraient cacher. C'est un symbole. Et d'ailleurs, la Ville de Perpignan remet le prix Rémi Ochlik, un photojournaliste qui est mort en faisant son travail. Donc ces symboles méritent qu'on assure cette manifestation sans toucher au fond."

Contrôles renforcées aux abords des sites

En revanche, les autorités locales vont toucher à la forme. Le festival Visa pour l'image,  programmé du 27 août au 11 septembre, est placé cette année sous très haute surveillance. Car le préfet ne s'en cache pas : il dérange. "Aucune menace n'est avérée à ce jour mais on sait que tout ce qui relève de la liberté d'expression est quelque chose d'insupportable pour nos ennemis. On est vraiment confronté à une situation particulière", détaille Philippe Vignes.

"Contrôles visuels, contrôles des sacs, détecteurs de métaux..."

L’événement étant considéré comme très sensible par lÉtat, les ministères de l'Intérieur et de la Culture allouent une subvention cette année pour aider les organisateurs à sécuriser au maximum les différents sites et mettre en place le dispositif Vigipirate. Une enveloppe exceptionnelle de 70 000 euros, qui porte le budget sécurité à 100 000 euros.

Le Préfet dévoile les contours du dispositif de sécurité

Anticiper les périodes de forte affluence

Ce dispositif, inédit dans l'histoire de Visa pour l'image, ne doit pas pour autant "provoquer une forme de psychose", insistent les organisateurs. "C'est inhabituel, certes. Mais le public doit nous rester fidèle. Il y aura des contrôles pour la sécurité, nous nous y engageons. Ceux qui ne respectent pas seront refusés dans la manifestation. C'est vrai qu'il faudra faire preuve de patience, mais nous allons gérer au mieux pour limiter l'attente aux entrées", explique le Président du Festival Jean-Paul Griolet.

Les projections place de la République annulées

Les autorités conseillent, si possible, de venir sans sac, pour fluidifier les contrôles. Et surtout en avance, en particulier pour les rendez-vous phares. Parmi ces rendez-vous, vous pouvez rayer les traditionnelles projections sur la place de la République. Elles n'auront pas lieu cette année. C'est le seul bémol de cette édition 2016. "La configuration des lieux empêche de les sécuriser correctement", assure la préfecture.