Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Vitrines dégradées pendant l'acte 30 de mobilisation des "gilets jaunes" à Dijon : les commerçants en colère

-
Par , France Bleu Bourgogne

Les commerçants dijonnais n'en peuvent plus des manifestations du samedi. L'acte 30 des "gilets jaunes" a débordé en centre-ville : après leur chiffre d'affaire, ce sont leurs vitrines qui se brisent.

La vitrine du macdonald a été brisée
La vitrine du macdonald a été brisée © Radio France - Sophie Allemand

Dijon, France

Ils étaient plus de 800 manifestants pour le 30e samedi de mobilisation des "gilets jaunes" à Dijon, soit plus du double par rapport à la semaine passée selon les autorités. Des casseurs étaient présents et la manifestation a plus débordé que d'habitude : des vitrines ont été saccagées et il y a eu 13 interpellations. 

Des dégradations de vitrines en centre-ville

Parmi les manifestants beaucoup ne portaient pas de "gilets jaunes" mais étaient masqués. Lorsque le cortège est arrivé rue de la Liberté, les forces de l'ordre ont commencé à gazer. De nombreuses vitrines de la Rue de la Liberté ont été brisées : Macdonald, Eram, Pimkie ... 

Le magasin de chaussures Eram a du fermer exceptionnellement à cause de la vitre brisée - Radio France
Le magasin de chaussures Eram a du fermer exceptionnellement à cause de la vitre brisée © Radio France - Sophie Allemand
Des petits poc sont visibles sur la vitre du magasin Pimkie rue de la Liberté également - Radio France
Des petits poc sont visibles sur la vitre du magasin Pimkie rue de la Liberté également © Radio France - Sophie Allemand

Coup de gueule du président de l'association de commerçants de Dijon 

Ces événements provoquent la colère de Denis Fravier, président de Shop in Dijon, l'association des commerçants dijonnais. Il considère que les "gilets jaunes" se comportent de "façon égoïste en venant en centre-ville car cela y amène des casseurs, sans penser aux salariés et commerçants qui ont déjà un chiffre d'affaire en chute libre depuis novembre". 

Il était là samedi et a vu ce qui se passait, calfeutré dans sa boutique : "c'est choquant, nous on était tranquilles de ce côté là à Dijon : on avait malheureusement déjà, uniquement les baisses de chiffre d'affaire. Là samedi il y a eu ces débordements avec des vitrines cassées... Quand il y a des lacrymogènes ça pète de partout ! Les gens ont peur, donc cela donne une mauvaise image du centre-ville aux touristes et aux Côte-d'Oriens : les gens n'ont plus envie de revenir."

Il demande plus d'aides directes de la part de l'Etat comme des prêts à taux zéro par la région, ou des exonérations d'impôts directes. Notez que l'Etat a déjà débloqué 285 000 euros pour un plan de relance des commerces dijonnais.  

Il y a eu douze garde à vue effectives samedi, cinq personnes étaient toujours en garde à vue ce dimanche et la décision doit être prise ce lundi matin. Les autres personnes ont été libérées avec convocation.