Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Vives inquiétudes à Saint-Nazaire chez le fabricant de camion de pompiers SIDES

-
Par , France Bleu Loire Océan
Nantes, France

Une audience pour une éventuelle procédure de sauvegarde de l'entreprise devait se tenir ce mercredi au tribunal de commerce de Nantes. Cette audience a été renvoyée à la semaine prochaine, au 3 mai.Les 200 salariés se retrouvent plongés dans une attente angoissante.

Le directeur général de Sides s'est rendu ce mercredi matin au tribunal de commerce de Nantes accompagné de son directeur financier et d'une avocate.
Le directeur général de Sides s'est rendu ce mercredi matin au tribunal de commerce de Nantes accompagné de son directeur financier et d'une avocate. © Radio France - Antoine Miailhes

Une audience pour une éventuelle procédure de sauvegarde de l'entreprise devait se tenir ce mercredi au tribunal de commerce de Nantes. Elle a été renvoyée au 3 mai. Le juge demande des documents financiers complémentaires avant de se prononcer.

200 salariés inquiets

Les salariés de SIDES, dont le carnet de commandes est rempli pour un an, sont inquiets car ils sont dans le flou explique la CGT.

Les salariés sont inquiets parce que l'avenir de l'entreprise est mis entre parenthèses. On ne sait pas si il y aura des licenciements. Tous les mois le gens sont inquiets sur le paiement des salaires, même si la direction donne des garanties pour ce mois-ci. Cette situation dure depuis plusieurs mois. Il y a à priori des problèmes financiers, ça enclenche des problèmes d'organisation, des problèmes d'approvisionnement, et donc des retards. Il y a aussi des frais financiers qui sont liés à ce manque de trésorerie. Cette inquiétude est pesante et les gens n'ont pas la tête à travailler - Fabrice Orain, délégué CGT chez SIDES

D'après le syndicat l'entreprise aurait d'importants problèmes de trésorerie, des créances de plusieurs millions d'euros à l'export.

Officiellement il n'existe aucune information comme quoi le groupe Bavaria, actionnaire à 100%, voudrait vendre SIDES, mais officieusement des gens se manifestent. Le site de Saint-Nazaire reçoit beaucoup de visites et pas que de clients souligne le syndicat.

On fabrique un produit important pour l'état français martèle la CGT, "sans nous la maintenance des camions incendie dans les aéroports et dans les Services départementaux d'Incendie et de Secours n'est plus possible". Elle fait donc des propositions. Elle souhaiterait que l'état s'investisse. Et pas seulement dans SIDES, mais dans une vaste filière du véhicule terrestre de sécurité.

Nous avons croisé la direction de SIDES au sortir du tribunal de commerce, elle n'a pas souhaité répondre à nos questions.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess