Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

"Vivre dans la rue, c'est le grand vide"

-
Par , France Bleu Hérault

Combien de personnes vivent dans la rue à Montpellier ? Une opération inédite de recensement a lieu ce lundi soir pour tenter d'évaluer plus justement leur nombre et leurs besoins. Elle s'associe au plan "Logement d'abord" lancé par la Métropole, dont le but est de redonner un toit aux SDF

Guy, ancien militaire de 61 ans, vit dans la rue rue à Montpellier depuis deux ans.
Guy, ancien militaire de 61 ans, vit dans la rue rue à Montpellier depuis deux ans. © Radio France - Marie Ciavatti

Montpellier, France

Ses cheveux gris en bataille, Guy arpente les rues de Montpellier avec comme à son habitude, un sac sur le dos et sa chienne au pied. Deux ans qu'il traîne ainsi son regard triste dans l'Ecusson sans but précis, depuis qu'il a été expulsé de son appartement. "Je me suis retrouvé SDF du jour au lendemain". 

"Le soir, j'essaie de trouver un endroit où la pluie me tombe pas sur la gueule"

"Vivre à la rue, c'est une vie de merde, ça veut dire que je galère, que j'ai pas de sous (...). Le soir j'essaie de trouver un endroit où la pluie me tombe pas sur la gueule et quand j'en trouve un, on me vire." 

Pourquoi pas les foyers ? À cause des vols et de la violence répond-il. "Je sais me défendre mais vu l'allure à laquelle c'est parti je vais crever tout seul comme une merde". Un seul réconfort: Vénus sa jeune chienne, et la poésie pour tenir bon. 

"Tout fait peur dans la rue pour une femme"

La rue, Stella, 39 ans, en est sortie en 2008. Aujourd'hui elle a un petit studio, insalubre certes mais elle a un abri et peut se doucher, " et ça, ça change tout" dit-elle. Sa hantise en revanche c'est de se retrouver une fois encore SDF. 

"C'est l'horreur de croiser les toxicomanes et les alcooliques. On ne peut pas se cacher. Tout fait peur dans la rue pour une femme." Après un an d'errance, elle a obtenu une place en centre d'hébergement. "Ce devait être un tremplin mais j'ai vécu toutes les violences et les horreurs que j'évitais dans la rue. Des horreurs parce que c'est un concentré de gens en détresse, alcooliques. Donc je suis retournée à la rue."

Une opération inédite de recensement à Montpellier

Combien sont-ils à Montpellier comme Guy et Stella? Tous les chiffres circulent: on parle de 600 à 3.000 personnes sans-abris. D'où l'initiative lancée par un enseignant en sociologie de l'Université Paul Valéry. Une opération inédite de recensement a lieu ce soir dans les rues et les squats pour mieux connaitre le nom, le profil et les besoins de ces personnes.  

L'enquête s'inscrit dans le cadre du plan "logement d'abord" lancé par la Métropole, qui doit permettre de réduire le nombre de personnes sans-abri. 

Stella, 39 ans, fait la manche rue des étuves. Elle est sortie de la rue après 5 années d'errance - Radio France
Stella, 39 ans, fait la manche rue des étuves. Elle est sortie de la rue après 5 années d'errance © Radio France - Marie Ciavatti