Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Von Roll envisage de supprimer 70 postes à Delle

mardi 12 juin 2018 à 17:56 Par Wassila Guittoune, France Bleu Belfort-Montbéliard

L'usine Von Roll Isola à Delle, dans le Territoire de Belfort, spécialisé dans la fabrication de matériaux composites, est en difficulté financière : la direction envisage ainsi de supprimer entre 20 et 70 postes. Les salariés du site attendent que le groupe suisse prenne sa décision depuis avril.

L'usine Von Roll existe depuis 1920 et a employé jusqu'à 930 salariés dans les années 70
L'usine Von Roll existe depuis 1920 et a employé jusqu'à 930 salariés dans les années 70 © Radio France - Wassilla Guittoune

Delle, France

"Les 90 salariés du site Von Roll Isola à Delle ont une épée de Damoclès sur la tête depuis des semaines" explique Francis Gérard, délégué CGT de l'usine crée en 1920, et qui fournit des matériaux composites à des entreprises comme GE ou Alstom. Le syndicat a en effet appris au cours du mois d'avril que la direction envisage de supprimer des postes : "trois scénarios nous ont été présentés : soit le groupe se sépare de 20 personnes, soit de 50 personnes, soit, et là c'est le plus dur, de 70 personnes" poursuit l'élu syndical.  

Le site victime de commandes moins importantes

La direction ne souhaite pas commenter ces chiffres mais reconnaît qu'il y aura un "ajustement des effectifs" selon Dominique Jermann, PDG du site dellois. "On a l'objectif de continuer ici à Delle avec nos salariés, et de créer quelque chose de durable. C'est la raison pour laquelle on s'engage jour et nuit avec notre équipe pour créer un futur pour ce site". Le directeur justifie cet "ajustement des effectifs" par les difficultés financières de l'usine : "Nous avons eu des réductions de commandes. Nos clients ont aussi des changements : GE, Alstom, Siemens. Et comme nous sommes liés à eux, c'est compliqué aussi pour nous".

Une décision d'ici plusieurs mois?

Dominique Jermann est dans l'incapacité de dire quand la décision sera prise par le groupe Von Roll : "Rien n'est décidé. Il faut attendre les résultats des analystes, de nos évaluations : nous évaluons nos produits, nos clients, nos marchés pour créer quelque chose de durable sur le site".

Des salariés dans l'attente

Pour les salariés, cela reste un coup dur. Eric a commencé à travailler dans les ateliers de production de Von Roll Isola à l'âge de 17 ans : "c'est un peu énervant, on ne sait pas où l'on va. Si on licencie 70 personnes, la boite ferme. Et s'ils me virent maintenant, cela va être compliqué de retrouver quelque chose à mon âge. J'ai un crédit sur le dos" conclut l'ouvrier avant d'entrer dans l'usine pour commencer sa journée.  

Un site qui se meurt?

La CGT de son côté rappelle l'investissement des salariés sur place : "Nous avons tout fait pour redresser la situation" raconte Francis Gérard, délégué CGT. Moins de pauses, plus de polyvalence pour plus de productivité : "en deux ans, l'usine de 7 millions d'euros de perte de résultat d'exploitation à 500 000 euros de perte, et tout cela sans compensation financière". L'entreprise, au plus fort de son activité employait environ 900 personnes dans les années 70, et 450 salariés dans les années 90. Si demain le site ne compte plus que 20 salariés, le syndicat craint que ce ne soit la fin de l'usine : "Moins l'usine a de personnel, plus il est facile de la fermer".