Société

Rennes : des "billets suspendus" pour des spectacles accessibles à tous

Par Brigitte Hug, France Bleu Armorique et France Bleu lundi 13 novembre 2017 à 16:53

Les billets solidaires suspendus dans le hall du Triangle
Les billets solidaires suspendus dans le hall du Triangle © Radio France - Brigitte Hug

Vous connaissez le principe du "café suspendu".Vous payez deux cafés et vous n'en consommez qu'un. Le second sera pour un autre client. Le concept s'étend désormais au monde de la culture. Le centre culturel Le Triangle, à Rennes, a mis en place, cette saison, le "billet suspendu" ou "solidaire".

Le "café suspendu", tout le monde connaît désormais. Ce concept issu de la débrouille et de l'économie solidaire s'est largement démocratisé. On propose désormais la "baguette suspendue", le "livre suspendu". Désormais, il y a le "billet suspendu".

N'importe qui peut aller à un spectacle, c'est génial

Il a été mis en place, cette saison, par le centre culturel Le Triangle. Pour chaque billet acheté, le spectateur peut verser quelques euros supplémentaires qui serviront à financer des places et qui seront offertes gratuitement à d'autres personnes. Et les donateurs sont nombreux ! Pas besoin pour l'équipe du Triangle de fournir des tonnes d'explications. Les spectateurs donnent spontanément, naturellement. Des petites sommes, à partir d'un euro comme Lyane Saint Pierre. Cette jeune barmaid de 27 ans bénéficie cette année de la carte Sortir. Elle a pu réserver une dizaine de spectacles sur la métropole rennaise à des tarifs avantageux. Du coup, elle a trouvé normal de renvoyer l'ascenseur: "Là, n'importe qui peut aller à un spectacle, c'est génial! Et quand j'ai compris que c'était une accumulation de petits dons qui offrait le spectacle, je trouve çà encore plus chouette!".

L' affichette posée sur le guichet de la billetterie - Radio France
L' affichette posée sur le guichet de la billetterie © Radio France - Brigitte Hug

On estime que quelqu'un qui a pris un billet, c'est qu'il en a besoin!

Dès que la cagnotte atteint 10 euros, un billet est édité et suspendu dans le hall du Triangle. Et toute personne qui en fait la demande peut en bénéficier. Pas besoin de justificatif, précise le directeur du Triangle, Charles-Edouard Fichet: "La démarche, c'est de le décrocher et d'aller à la billetterie. On estime que quelqu'un qui en a pris un, c'est qu'il en a besoin. On part de ce principe et on est sûr d'avoir raison!". Charles-Edouard Fichet ne craint pas les abus. "Nous nous heurtons plutôt à la timidité qu'à la tentation de profiter. C'est contre cette timidité qu'il faut lutter." .

Dix billets ont été offerts, depuis le début de la saison, à l'occasion des deux premiers spectacles.

Charles Edouard Fichet: "Il faut que demander un billet solidaire devienne naturel"