Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Y'a-t-il un loup dans la Vienne ?

-
Par , France Bleu Poitou

A La Trimouille, deux éleveurs de brebis, Antoine et Ghislain Laporte-Many, ont vu quatre de leurs bêtes tuées de manière étrange ces deux derniers mois. Selon eux, le prédateur ne serait autre que le loup. De son côté, l'office national de la chasse et de la faune sauvage parle d'un chien errant.

Ghislain et Antoine Laporte Many élèvent 1200 brebis à La Trimouille.
Ghislain et Antoine Laporte Many élèvent 1200 brebis à La Trimouille. © Radio France - Aurore Jarnoux

La Trimouille, France

Dans le champ, on voit encore les traces de sang au sol, entourées de quelques pelotons de laine. Depuis octobre dernier, quatre brebis ont été sauvagement tuées parmi l'élevage d'Antoine et Ghislain Laporte-Many à La Trimouille.

Un loup pour les éleveurs, un chien pour l'ONCFS

La dernière attaque en date est survenue dimanche dernier. "La brebis avait la tête coupée au niveau des cervicales et une épaule arrachée, se souvient Antoine Laporte-Many. Il faut un très gros animal pour couper à cet endroit-là, même notre boucher ne fait pas du travail aussi propre".

Deux techniciens de l'office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) sont venus sur place, recueillir des indices. Mais selon eux, il s'agit d'une attaque de chien errant. Une hypothèse qui ne satisfait pas les éleveurs.

Moi je veux bien un chien mais dans ce cas-là, il faut retrouver le maître et donner à manger au chien parce qu'il doit avoir sacrément faim" - Antoine Laporte-Many

Son frère, Ghislain, est du même avis. "Ce qui surprend à chaque fois, sur toutes les brebis, c'est la quantité de viande qui disparaît et qu'on ne retrouve jamais", souligne l'éleveur.

"Le loup, je ne connais pas, mais après avoir montré la photo à des spécialistes, ça leur semble tout à fait probable" - Antoine Laporte-Many

Les deux frères sont installés dans la Vienne depuis onze ans, ils ont 1200 brebis. Ils ont déjà du faire face à des attaques de chiens errants. Et selon eux, les indices laissés par l'animal ces deux derniers mois ne sont pas du tout les mêmes.

Pour les experts de l'observatoire du loup, il n'y a pas de doute

Pour Antoine Laporte-Many, si c'était un chien, "il n'aurait pas mangé toutes les viscères". "Un chien joue avec les brebis, il en blesse plusieurs et ne les mange pas souvent, précise l'éleveur. Là, à chaque fois, il y a une brebis morte et le reste du lot intact".

Les éleveurs ont contacté l'observatoire du loup et l'association qui regroupe des spécialistes est formelle, il s'agit bien d'une attaque de loup.

L'observatoire publie d'ailleurs sur son site internet un article sur la Vienne et une carte où le département est en rouge, c'est-à-dire que, selon l'association, le loup se disperse mais n'est pas encore installé.

Sur la carte de l'observatoire du loup, la Vienne est en rouge. Dans le département, le loup "se disperse avant de s'établir". - Aucun(e)
Sur la carte de l'observatoire du loup, la Vienne est en rouge. Dans le département, le loup "se disperse avant de s'établir". - Observatoire du loup

Du côté de l'office national de la chasse et de la faune sauvage, "il n'existe à ce jour aucune preuve de présence du loup dans le département". Les services de l'Etat restent tout de même vigilants car "le mode de dispersion du loup est aléatoire". Un loup peut en effet parcourir jusqu'à 50 kilomètres en une seule nuit.

Cette réponse de l'ONCFS agace Antoine Laporte-Many. Pour l'éleveur, il faut parler de la possible présence du loup, "ne serait-ce que pour prévenir les éleveurs, qu'ils puissent s'organiser, dresser des chiens".

Pour l'éleveur, il faut de toute façon se préparer à l'arrivée du prédateur dans la Vienne, "l'arrivée du loup est reconnue par tout le monde, sinon l'ONCFS n'aurait pas formé de techniciens dans la Vienne pour reconnaître l'attaque du loup".

Les deux frères Laporte-Many vont installer des caméras tout autour de leurs champs pour savoir, une bonne fois pour toutes, si il s'agit bien d'un loup... Ou d'un chien errant.