Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Yann Cariou à la barre de l’Hermione

-
Par , France Bleu La Rochelle

Le commandant de l’Hermione s’appelle Yann Cariou. Ce breton, âgé de 54 ans, suit le projet de l’Hermione depuis le début de l’aventure. Il a navigué 30 ans dans la marine française dont sept ans sur les grands voiliers et trois ans comme commandant du Belem.

Yann Cariou, le capitaine de l'Hermione
Yann Cariou, le capitaine de l'Hermione © Mikaël Roparz-Radio France

En 2003, Yann Cariou rejoint l’association Hermione comme simple adhérent. Sept ans plus tard, il intègre le collège de marins experts au sein de l’association Hermione-La Fayette.

Quand il s’agit de nommer un commandant pour la frégate, son nom s’impose d’office. Son expérience sur le célèbre trois-mâts Belem en tant que commandant en fait le candidat idéal. Après avoir passé son enfance à naviguer dans la baie d’Audierne, il intègre la Marine nationale. Il étudie à l’Ecole des Mousses (il termine 3e sur 120 !), puis des années plus tard, à l’Ecole navale. 

De Terre-neuve à la Guadeloupe, ses embarquements sont divers et variés mais ce sont les grands voiliers qui l’intéressent. 

Avant le Belem, il navigue sur le Mutin puis commande l’Etoile, avec laquelle il met le cap sur l’Irlande, accompagné de la Belle Poule.

Passionné par les navires à phares carrés, l’Hermione s’annonce donc comme un nouveau défi. Il va commander l’équipage de l’Hermione. Un défi. A bord, pour ce voyage vers l’Atlantique, l’équipage est deux fois moins nombreux qu’au 18e siècle.

 

A LIRE AUSSI : Dossier "L'Hermione, à l'assaut de l'Atlantique"