Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Les Bonnes Ondes

Yonne : la méditation s'installe à la clinique

jeudi 30 mars 2017 à 4:00 Par Renaud Candelier, France Bleu Auxerre et France Bleu

C'est une pratique qui se développe en France, dans une société où le stress se généralise, la méditation fait de plus en plus d'adeptes. Mais il est rare de la trouver en milieu médical. La méditation a pourtant trouvé sa place à la clinique Paul Picquet à Sens dans l'Yonne.

En méditation, il n'y a pas de position meilleure qu'une autre. Ici séance à la clinique Paul Picquet de Sens (Yonne)
En méditation, il n'y a pas de position meilleure qu'une autre. Ici séance à la clinique Paul Picquet de Sens (Yonne) © Radio France - Renaud Candelier

Sens, France

A la clinique Paul Picquet à Sens (Yonne), des séances gratuites de méditation sont proposées aux patients tous les quinze jours par un psychologue. Ces séances sont ouvertes aux patients comme au personnel de l'établissement qui y trouvent bien plus qu'un simple apaisement.

La méditation où comment se libérer de tout jugement, sur soi-même ou sur les autres - Reportage de Renaud Candelier

La séance débute toujours avec le son d'un bol tibétain, le "chant" disent les pratiquants, car ces bols en métal produisent une résonance très longue et d'une grande richesse. François Lecuyer, le psychologue invite alors d'une voix très calme et posée, la dizaine de participants à se concentrer sur leur corps, leur respiration, puis plus précisément leur expiration. "Pour la position de mon corps, il n'y a pas de bonne ou de mauvaise position. Simplement j'observe que je suis installé d'une certaine façon. Progressivement vous commencez à rentrer dans quelque chose de personnel et nous sommes toujours dans l'esprit de la méditation, c'est-à-dire sans jugement". L'idée de la méditation est de laisser défiler ses pensées et d'arrêter d'analyser, de réfléchir. Il ne s'agit pas de ne penser à rien, mais de regarder défiler ses pensées, comme ce qu'on a pu faire plus tôt dans la journée ou ce qu'on va faire après et toute autre chose qui vous vient à l'esprit.

"Je ne suis pas tout dans le mystique et pourtant j'ai l'impression d'être remplie d'amour envers moi et envers les autres" - Marie-Christine, une participante

Pour Sylvie, par exemple, c'est oublier la maladie et ce fauteuil dans lequel elle se déplace. Pourtant Sylvie n'a pas été convaincue tout de suite : "je me souviens, la première séance, mon mari me demande - alors ça fait quoi ? - bah je ne sais pas. Ce n'est pas forcément à la première (ndlr: que l'on voit les effets). La séance dure quarante minutes et se termine en douceur. "Chacun pourra tranquillement, en prenant tout son temps, revenir dans la pièce et rouvrir les yeux", conclut François Lecuyer. Parmi les convaincus de la méditation, il y a Marie-Christine. Cette assistante de direction à Sens cherchait au départ uniquement de la relaxation: "je ne suis pas tout dans le mystique, dans ce genre de choses. Et pourtant, j'ai l'impression d'être remplie d'amour. Envers moi et envers les autres, c'est à dire beaucoup plus de bienveillance".

Pour certains malades, comme Sylvie (à gauche) ces séances de méditation sont une manière de vivre au présent, sans se préoccuper du passé ou de l'avenir - Radio France
Pour certains malades, comme Sylvie (à gauche) ces séances de méditation sont une manière de vivre au présent, sans se préoccuper du passé ou de l'avenir © Radio France - Renaud Candelier

"Je viens ici pour éviter le burn-out" - Jean-Pierre Guillabert, médecin généraliste

Alors, la méditation peut-elle soigner ? En tout cas, certains praticiens sont convaincus de son utilité dans une société où le stress est très présent. Jean-Pierre Guillabert est médecin généraliste à Provins. Il vient à Sens tous les 15 jours pour méditer et "survivre" à son métier : "je viens ici pour éviter le burn-out et le... pétage de plomb quoi ! Les conditions d'exercice des médecins généralistes actuellement sont assez difficiles compte-tenu du manque de confrères et du départ des confrères à la retraite. La charge de travail est telle qu'il y a besoin de s'oxygéner".

Plusieurs études montrent qu'environ deux tiers de la population en France est souvent, voire tout le temps, stressée. Ce que le psychologue François Lecuyer appelle "en état de survie émotionnelle".

"Lorsque les gens sont très stressés, ils sont dans la peur, la rancoeur, la jalousie. En méditation, toutes ces émotions-là tombent" - François Lecuyer, psychologue

  - Aucun(e)
- creative commons / babsy