Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les expertes absentes des médias pendant la crise sanitaire déplore une sénatrice icaunaise dans un rapport

-
Par , France Bleu Auxerre, France Bleu

Les voix des femmes dans les médias ont disparu avec la crise sanitaire : c'est le constat fait dans un rapport par Dominique Vérien et Marta de Cidrac, sénatrices de l'Yonne et des Yvelines. La représentation féminine sur les plateaux est passée de 45% à 15% au début du confinement.

La sénatrice icaunaise Dominique Vérien déplore le manque de recours à des expertes dans les médias pendant la crise sanitaire
La sénatrice icaunaise Dominique Vérien déplore le manque de recours à des expertes dans les médias pendant la crise sanitaire © Maxppp - Vincent Isore/IP3 PRESS

Les femmes ont été moins présentes dans les studios de radio et les plateaux de télévision pendant la crise du coronavirus : c'est le constat dressé par un rapport du Sénat publié la semaine passée, dans le cadre d'un grand état des lieux sur la place des femmes dans les médias. La crise sanitaire a aggravé subitement une situation qui s'améliorait pourtant depuis quatre ans : "le premier mois de confinement, on est passé d'environ 45% de représentation des femmes à 15%", déplore la sénatrice de l'Yonne Dominique Vérien, une des corapporteures avec la sénatrice des Yvelines, Marta de Cidrac. 

On s'est rendu compte qu'il suffisait d'une crise pour que les femmes disparaissent.

Des femmes moins présentes

"On était dans l'urgence, avec des médias qui fonctionnaient en mode dégradé, explique Dominique Vérien. Ils sont allés tout de suite au plus simple, chercher les noms sur le devant de la scène, et il s'agit très souvent d'hommes". À peine 15% d'expertes en plateau sur TF1 entre mi-mars et mi-avril alors que la parité des invités est habituellement respectée, même constat à France Télévisions, 20% d'expertes invitées sur les antennes de Radio France... "Les médias n'ont pas tout de suite fait l'effort d'aller chercher des femmes, alors qu'ils ont redressé la barre rapidement quand le CSA leur a fait la remarque, précise la sénatrice. C'est donc que c'est possible !".

Le rapport note néanmoins que d'autres facteurs étouffant les paroles de femmes ont joué : la sur-représentation des hommes dans les hautes fonctions médicales et hospitalières a considérablement joué : les femmes sont par exemple largement minoritaires parmi les chefs de services hospitaliers, et ont à ce titre été moins interviewées. La parole de l'Etat s'est aussi incarnée de façon masculine. "Le gouvernement n'était représenté quasiment que par des hommes ! lance Dominique Vérien. Ça ne veut pas dire que les femmes ne travaillaient pas : c'est la secrétaire d'Etat Agnès Pannier-Runacher qui s'occupait de faire rentrer des masques en France, mais ce n'est jamais elle qu'on interrogeait ou qui s'exprimait"

Des témoins, peu d'expertes

Si les médias ont redressé la barre depuis mi-avril, avec davantage de femmes en invitées, leurs voix étaient souvent celles de témoins. Ce sont les femmes "sur le front", qu'elles soient infirmières ou caissières, qui ont été mises en avant pour témoigner de leur quotidien durant la crise. "Quand les sujets se sont élargis et qu'on a cherché des femmes expertes, on a retrouvé un certain équilibre, ce qui ne signifie pas la parité", explique Dominique Vérien.

"Quand les médias ont fait des efforts, on a trouvé des femmes épidémiologistes, médecins, psychologues, économistes, pour parler de la crise, lance Dominique Vérien. Des femmes avec une parole qui fait sens et autorité, il y en a. Il faut les mettre plus en avant, sans quoi on ne fera jamais évoluer les mentalités". Dans ce rapport, le Sénat préconise donc de constituer des "guides d'expertes" dans les rédactions, pour éviter une disparition des femmes des plateaux en cas de nouvelle crise sanitaire. Il veut aussi fixer un objectif plus large de parité dans les médias à 2022.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess