Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Le pourquoi du comment

Difficile de se passer de sa voiture dans l'Yonne

jeudi 4 octobre 2018 à 6:22 Par Thierry Boulant, France Bleu Auxerre

Selon L'étude Kantar-TNS, "Les Français et l'automobile", la voiture est indispensable pour 70 % des Français habitant en zone rurale. Il est donc encore très difficile de se passer de sa voiture à la campagne ou dans les zones périurbaines. Explications.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - gèrard Houin

Yonne, France

Pourquoi est-il encore si difficile de se passer de sa voiture dans l'Yonne ?

Chacun a pu en faire l'expérience un jour ou l'autre en laissant sa voiture au garage pour une petite réparation, sans véhicule, on est un peu prisonnier, on devient dépendant des transport en commun et quand on habite une charmant petit village de Puisaye, du Tonnerrois ou de l'Avallonais, par exemple, il est bien difficile de faire avec des bus qui passent au compte-goutte ou quo ne passent pas du tout. 

A la campagne, les distances s'allongent et il faut souvent faire des kilomètres pour aller travailler. Sans auto, c’est compliqué et là on ne parle que de boulot; mais  il faut aussi faire ses courses, emmenez les enfants faire des activités sportives, aller les rechercher. A pieds, il faut une sacré organisation.

Des alternatives existent pourtant ?

Oui mais ceux  qu'on appelle les périurbains, ne sont pas vraiment convaincus. La marche et le vélo sont souvent considérés comme étant des pratiques, moins faciles à pratiquer à la campagne qu'en ville. Les pistes cyclables sont souvent insuffisantes. Pour le covoiturage seulement  deux personnes sur dix, l'utilisent à l'extérieur des grands centres urbains selon un sondage Ipsos publié il y a quelques mois. 

Le covoiturage manquerait trop de flexibilité pour la grande majorité, d'autres craindraient  de voyager avec des inconnus,  certains auraient carrément peur de tomber sur de mauvais conducteur. Dans l’Yonne, des aires de covoiturage se développent quand même comme à Sépeaux ou Mézilles.

On a quand même beaucoup à gagner à se servir moins de notre voiture ?

C’est bon pour l’environnement. Tout le monde est au courant. Cela fait du bien  aussi au porte monnaie. Une voiture coûte cher près de 500 euros par mois en moyenne entre l'essence l’assurance, l'entretien, le garage, le péage et la décote du véhicule. En la remplaçant par des trajets à vélo, on fait donc des économies et  notre  santé  nous dit merci, car l’exercice régulier améliore notre condition physique. 

on ne va pas se raconter d'histoire,  à part en ville, pédaler c'est moins rapide que conduire. Si vous travaillez à 7 kilomètres de chez vous, il vous faudra à peu près une demie heure. Un vélo a assistance électrique vous aidera un petit peu, vous pouvez même obtenir une aide de l'État, 100 à 200 euros pour en acheter un. Ces modes de déplacement doux ont aussi leur contrainte, en hivers par exemple on est quand même un peu plus à l'abris dans l’habitacle d’une auto que debout sur ses pédales, les oreilles au quatre vent.