Société

Yonne : les buralistes se préparent au paquet 100% neutre

Par Benoît Jacobo, France Bleu Auxerre mercredi 28 décembre 2016 à 19:11

Le 1er janvier, plus aucun paquet ne portera de signe distinctif.
Le 1er janvier, plus aucun paquet ne portera de signe distinctif. © Maxppp - Maxppp

C'est une nouveauté du 1er janvier. Dimanche signera la fin des paquets de tabac "traditionnels". Exit les couleurs et les marques reconnaissables : désormais, il n'y aura plus que des paquets neutres, vert olive assortis d'une photo choc et d'un message de prévention.

Les fumeurs s'y habituent depuis le mois de mai. Plus aucun signe distinctif, l'apparence est la même pour toutes les marques. A Auxerre, chez Christophe, quelques "anciens" paquets font de la résistance... Plus pour longtemps.

"S'il nous en reste au 1er janvier, on devra les expédier au fournisseur, qui nous renverra des paquets neutre en échange."

Pas évident de s'y retrouver

La difficulté principale, explique-t-il, est de se repérer parmi ces paquets tous absolument identiques. "On va fermer une journée début janvier, pour tout réorganiser en stock comme en rayon. Pour vérifier que l'on donne bien le bon produit au client, c'est très important. Cela demande bien plus d'attention qu'avant."

"Je perds 1 h 30 par jour"

Et le temps, c'est de l'argent. Yveline, buraliste à Cheny, vend environ 350 paquets par jour. Elle estime '"perdre quotidiennement 1 heure 30 pour réceptionner les livraisons, déballer, mettre en réserve, alors qu'auparavant on pouvait se repérer rapidement avec les couleurs. Et ce temps, on ne le passe pas à autre chose, donc on perd de l'argent".

Les producteurs de tabac essaient bien de compenser en aidant les buralistes, comme l'explique Annabella, à Appoigny : "'Ils nous ont donné des autocollants pour que l'on distingue les marques. Quand tout est de la même couleur, il faut qu'on ouvre les cartons à la réception pour savoir vraiment de quel produit il s'agit."

Les habitudes persistent chez les fumeurs

Les paquets neutres ont été mis en place pour rendre le tabac moins attractif, et donc, dissuader de fumer. Mais est-ce que cela marche ? Pas vraiment pour Isabelle, buraliste à Monéteau, qui voit défiler entre 800 et 1000 clients par jour. "Ca ne change pas du tout les habitudes des consommateurs. Et vu qu'ils n'ont plus le choix, certains nous demandent telle ou telle photo : le bébé, l'oeil..."

"Le visuel est agressif, mais ça ne me fera pas arrêter"

Christophe a 63 ans, et il fume depuis plusieurs dizaines d'années. "Ces visuels me touchent, je me dis "Ce n'est pas bien de fumer", les photos sont choquantes, même agressives. Mais le tabac est une drogue, on est accro, et ce n'est pas cela qui me fera arrêter, malheureusement." Même chose pour Martial, trentenaire qui vit à Cheny. "Certes, au début, ça fait peur, ça met mal à l'aise. Mais nous sommes fumeurs, nous continuerons de fumer..."

"La solution ? Les cache-paquets "

Ce visuel qui dérange, certains ont trouvé la parade pour ne pas se l'infliger. Christophe "utilise un ancien paquet "traditionnel" pour ranger les nouvelles cigarettes". Evrard lui propose à ses clients "des cache-paquets, pour masquer ces vilaines photos". Il n'est pas le seul ; de nombreux bureaux de tabac vendent désormais ces étuis, souples ou rigides, stylisés même... qui s'adaptent à tous les goûts.

J-4 pour le paquet 100% neutre en Yonne