Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société
DOSSIER : Sécurité Routière : journée #TousResponsables mercredi 18 septembre

Zéro tué sur la route, c'est possible, pour Antoine Ruiz, consultant dans le Vaucluse

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Vaucluse

La sécurité routière est l'affaire de tous. En changeant nos comportements, en réduisant notre vitesse et en bouclant notre ceinture, on peut atteindre l'objectif de "zéro tué" sur les routes de France. Le consultant Antoine Ruiz en est persuadé.

Département Vaucluse, France

"En matière de sécurité routière, nous sommes tous responsables" : Antoine Ruiz, consultant en Vaucluse, est en parfait accord avec cet adage. Selon lui, l'objectif de "zéro tué" sur les routes est réalisable ; c'est l'objectif de "zéro accident" qui est impossible. "On peut faire en sorte que les accidents ne tuent plus, assure Antoine Ruiz. On peut éviter la violence du choc en réduisant la vitesse, par exemple. Et on peut mieux protéger les personnes, avec les ceintures de sécurité, les casques obligatoires, etc."

L'éducation comme solution

Pour l'instant, la France s'est fixé comme objectif "2.000 tués en 2020" (l'an dernier, ce sont plus de 3.200 personnes qui ont perdu la vie sur les routes.) "En Europe, il n'y a que la Suède qui vise le "zéro tué" en 2030 ou 2035, explique le consultant. Et elle va y arriver, parce qu'elle met le paquet sur l'éducation".

Pour Antoine Ruiz, c'est bien l'éducation qui est la clef du succès. "On voit bien qu'après la vague de destruction des radars, l'hiver dernier, les mauvais comportements ont immédiatement ressurgi, souligne-t-il. Les automobilistes ont tout de suite appuyé sur le champignon. Il n'y a que l'éducation - notamment des plus jeunes - qui peut changer durablement les choses". 

"Prendre la route"

Plus d'éducation, plus de convivialité aussi... Et un sens du partage de la route. "En France, quand on se déplace, on dit qu'on prend la route, conclut Antoine Ruiz. On la prend pour soi, on ne partage pas. Cette expression n'existe qu'en français, elle n'a pas sa place dans les autres langues... C'est symptomatique". Cet été, onze personnes ont perdu la vie dans des accidents de la route en Vaucluse. 

Choix de la station

France Bleu