Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Un million de voyageurs depuis un an sur le TGV Toulouse Paris, un bond de 60%

lundi 25 juin 2018 à 19:23 Par Olivier Lebrun, France Bleu Occitanie

Depuis l’ouverture de la grande vitesse entre Bordeaux et Tours, le TGV Océane, qui met Toulouse à un peu plus de quatre heures de Paris, a vu sa fréquentation augmenter de 60%, soit 350 000 voyageurs supplémentaires depuis un an.

Un million de voyageurs en un an sur le TGV Océane entre Toulouse et Paris
Un million de voyageurs en un an sur le TGV Océane entre Toulouse et Paris © Radio France - Olivier Lebrun

Toulouse, France

Même si ce n’est pas encore la vraie ligne à grande vitesse, le TGV Océane qui met Toulouse à un peu plus de quatre heures de la capitale est un vrai succès. Depuis l’ouverture de la grande vitesse entre Bordeaux et Tours en juillet 2017, le TGV Océane a transporté un million de voyageurs entre Toulouse et Paris, la fréquentation a fait un bon de 60%, selon la SNCF, soit 350 000 voyageurs supplémentaires sur la ligne.

A raison de six allers et retours quotidiens entre Matabiau et Paris Montparnasse, c’est l’équivalent de 22 Airbus A320 qui décollent chaque jour de Toulouse vers la capitale", se félicite Gwendoline Cazenave, la directrice du TGV Atlantique qui attribue ce succès au temps gagné du centre-ville de Toulouse au centre de Paris.

Le TGV Océane met Toulouse à 4h08 de Paris - Aucun(e)
Le TGV Océane met Toulouse à 4h08 de Paris - @SNCF

+80% de voyageurs d'affaire

La SNCF se frotte les mains, le TGV a pris à la fois sur la clientèle d'affaire qui délaisse l'avion pour le train - elle a grimpé de 80% depuis un an - et à la fois sur les jeunes et le public familial attirés par les tarifs promotionnels. Le confort des rames à deux étages et la wi-fi à bord sont eux aussi appréciés. La SNCF compte poursuivre sa politique de tarifs promotionnels pour compléter les trains qui sont aujourd'hui remplis aux 3/4 entre Paris et Toulouse. "Depuis un an, trois fois plus de jeunes ont pu voyager entre Toulouse et Paris, grâce notamment aux abonnements TGV Max et carte jeune", constate la directrice du TGV Atlantique.

Depuis que le TGV a gagné une heure entre Toulouse et Paris, les habitudes des toulousains ont changé.

Jeunes, Cadres , Retraités : ils prennent désormais le TGV

Le confort du TGV diversement apprécié

"J’étais saturé par l’avion et ses temps d’attente. L’avantage du TGV, c’est qu’on met le pied sur le marchepied et on s’en va, j’y suis comme dans un bureau, je pars le matin et je rentre le soir. Dans la mesure où l’on est qu’à quatre heures de Paris, trois heures ce serait mieux, mais c’est déjà très acceptable", estime Olivier, chef d’entreprise toulousain. Il a lâché l’avion pour adopter le TGV.

"Au départ , c’était 25 euros en tarif promo, aux vacances de Noël, ça a bizarrement doublé, c’était un peu moins bien, et là, je retrouve des tarifs intéressants pour cet été, du 25 euros" explique Fabienne, adepte des tarifs promotionnels quand on réserve plusieurs semaines à l’avance.

Sur le confort à bord, certains sont moins convaincus. "Les sièges sont durs, et en seconde classe c’est la loi de l’entassement maximum". "La wi-fi, j’appartiens à l’ancienne génération je m’en fout complètement" ajoute Philippe, retraité.

Remi, lui aussi retraité, prend le TGV Océane pour aller à Paris. "On fait avec ce qu’on a, on a gagné une heure et demi de temps, mais que nos politiques se débrouillent pour que le TGV arrive à Toulouse correctement et à grande vitesse !"

On rappelle que la vraie ligne à grande vitesse entre Toulouse et Bordeaux mettrait Toulouse à 3h10 de Paris. Pour l’instant, le projet est toujours en sursis en attendant les arbitrages du gouvernement et la future loi sur les grands projets d’infrastructures.